Liste des auteurs

MA Delmotte | Le Figaro le 22.01.2009

La France a-t-elle besoin de deux nouveaux EPR ?

jeudi 22 janvier 2009 par MA Delmotte
La décision de la construction d’un nouveau réacteur nucléaire incombe au président de la République. EDF ou GDF Suez ? Selon « Les Echos », Nicolas Sarkozy pourrait préférer ne pas trancher.

Et si le chef de l’Etat confiait la construction d’un réacteur nucléaire de nouvelle génération à chacun des deux géants français de l’énergie pour ne pas avoir à trancher ? Il est vrai que les deux entreprises ne manquent pas d’arguments pour convaincre. Mais ne pas choisir entre EDF et GDF Suez reviendrait à oublier la question principale : la France a-t-elle réellement besoin de deux réacteurs EPR alors que le chantier de Flamanville (EDF), premier réacteur français de troisième génération, entrera en service en 2012 ?

De nombreux signes montrent, en tout cas, que le président de la République testerait l’opinion publique afin d’avancer sur le sensible dossier du nucléaire. Il aurait ainsi affirmé « qu’il faut faire de nouveaux EPR » récemment lors d’un déplacement à Vesoul, et non UN nouvel EPR…

Le choix entre EDF et GDF Suez s’annonce difficile

Le premier bénéficiera de son expérience en matière d’EPR grâce au chantier de Flamanville et dispose de sites très avantageux, quant au second, il semblerait privilégié par la Commission européenne. En effet, l’obtention d’un nouveau chantier EPR par EDF serait mal vue à la Commission puisqu’il s’impose déjà comme opérateur principal du marché français. De plus, GDF Suez, groupe franco-belge, opère déjà dans le nucléaire en Belgique et le taux de disponibilité de ses centrales dépasse largement celui d’EDF. Le groupe envisagerait même de s’associer à l’allemand E.ON pour construire le réacteur, ce qui n’est pas pour déplaire à Nicolas Sarkozy qui espère toujours que l’Allemagne retrouve un penchant pour l’atome.

Mais GDF Suez propose des sites sécurisés placés dans la vallée du Rhône, une zone déjà surpeuplée en matière de nucléaire et défavorable au refroidissement d’une centrale. EDF dispose, quant à lui, de sites bien meilleurs puisque deux sont situés en bord de mer, idéal pour le refroidissement, et un autre dans les Ardennes, une région où il faudrait relancer l’activité. Il faut dire aussi que ce dernier jouit d’une réputation solide. Seul hic, le groupe souhaitait devenir partenaire du russe Gazprom pour s’assurer des ressources gazières. C’était sans compter la crise russo-ukrainienne du gaz qui rend ce partenariat beaucoup moins viable.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !