Liste des auteurs

Anne Roy | L’Humanité du 13.02.2008

La Grèce défend son système des retraites

jeudi 14 février 2008 par Anne Roy
Athènes . Les deux grands syndicats du pays ont appelé à une grève générale aujourd’hui, contre le projet de réforme présenté au Parlement.

Et rebelote. Le 12 décembre dernier, la Grèce était paralysée par une grève générale et plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient défilé pour protester contre le projet de réforme des retraites initié par le premier ministre conservateur, Costas Caramanlis. Deux mois après, la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE) et la Fédération des fonctionnaires (ADEDY), qui, à elles deux, représentent plus de 2,5 millions des travailleurs, ont appelé à renouveler le mouvement aujourd’hui, soit deux jours avant la présentation devant le Parlement des détails de la réforme.

Jusqu’à présent, le gouvernement conservateur est resté évasif sur ses projets répondant aux impératifs de la Commission européenne et du FMI qui somment la Grèce de veiller à la « viabilité de ses dépenses publiques », et qui visent donc à réduire le coût du système de retraites en ramenant à moins d’une dizaine les 170 caisses de retraite qui existent actuellement - ce qui conduirait de nombreux salariés à être régis par des régimes moins favorables. L’autre point clé de la réforme : une révision de la liste des professions « pénibles et insalubres », qui donnent droit à des départs en préretraite.

Premier concerné par la grève, le secteur des transports publics : aucun vol ne devrait transiter par la Grèce aujourd’hui ; les bateaux à destination des îles devraient rester à quai ; aucun train ne devrait circuler, ainsi que les transports en commun d’Athènes. Seule exception : le métro et les trams circuleront pendant six heures, le temps d’assurer le déplacement des manifestants du défilé, prévu en milieu de journée, dans le centre.

Administrations, services publics, établissements scolaires et universitaires devraient être également fermés, ainsi que les tribunaux et les hôpitaux, qui devraient n’admettre que les urgences. Comme lors de la précédente grève, les syndicats de journalistes se sont joints au mouvement et ne devraient assurer aucune couverture de l’actualité. Une série de professions libérales, dont les ingénieurs civils qui protestent contre la fusion prévue de leurs caisses avec d’autres moins bien loties, sont également mobilisées.

« Rien ne bougera dans le pays, les travailleurs de Grèce éprouvent rage et ressentiment », annonçait, lundi, le porte-parole de la section des travailleurs du privé de la confédération GSEE, tandis que l’ADEDY reprochait dans un communiqué « les raids constants du gouvernement contre les fonds de Sécurité sociale » et prévoyait « de nouvelles grèves jusqu’à ce que le gouvernement change ses politiques ». Face à l’agitation contre le projet de réforme, le gouvernement s’est engagé, cet automne, à ne pas relever l’âge légal de la retraite, qui est de soixante-cinq ans pour les hommes et de soixante ans pour les femmes, et avait exclu une baisse du montant des pensions. Des engagements dont doutent également les syndicats.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !