Liste des auteurs

article publié sur lefigaro.fr le 22 février 2005

La consommation des ménages en hausse et l’inflation en baisse en janvier

mardi 22 février 2005 par admin
L’Insee a délivré une double bonne surprise aujourd’hui, l’inflation connaissant sa plus forte baisse mensuelle des 40 dernières années tandis que la consommation des ménages a été bien plus robuste que prévu en janvier car les Français se consacrent à aménager leurs logements nouvellement achetés.

Les prix à la consommation en France ont reculé de 0,5% au mois de janvier, en données brutes. L’Institut national de la statistique et des études économiques souligne « qu’il faut remonter au milieu des années 60 pour constater une baisse d’une telle ampleur ». La hausse entre janvier 2004 et janvier 2005 n’atteint que 1,6%, un plus bas depuis juillet 2002.

Ce recul résulte surtout de la combinaison de l’effet des soldes et du net repli des prix du pétrole. D’autre part, contrairement aux années précédentes, le tabac n’a fait l’objet d’aucun relèvement tarifaire en janvier. Et cette baisse notable intervient alors que nombre de services augmentent au 1er janvier.

« Nous avons le meilleur chiffre français d’inflation depuis plusieurs dizaines d’années. Nous avons aujourd’hui un investissement industriel qui se tient bien, une consommation qui se tient bien. C’est donc une satisfaction très importante », a commenté le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à l’occasion d’un déplacement en Alsace.

En effet, la consommation des ménages en produits manufacturés, bien que corrigée de l’effet des soldes, augmente en janvier de 1,5% par rapport à décembre, alors que les économistes anticipaient la stabilité.

Incontestables vedettes de cette frénésie d’achat, les biens d’équipement du logement, que de nombreux économistes mettent en relation avec la bonne santé de l’immobilier : « Quand on fait construire sa maison, on renouvelle son électroménager et une partie de son mobilier », observe Nicolas Bouzou, du Xerfi.

une inflation moyenne comprise entre 1,5 et 1,7% cette année

Ces dépenses progressent de 3,8% en janvier par rapport à décembre, et de 10,4% par rapport à janvier 2004. Outre la dynamique immobilière, ces achats sont dopés par les prix en baisse de certains produits électroniques importés d’Asie. Ainsi, ces achats ont augmenté de 5,1% en janvier et de 17,3% sur un an, avec des prix en baisse de 15,8% sur un an.

Au total, les économistes doivent reconnaître que sont différées leurs prévisions pessimistes sur l’évolution de la consommation des ménages, qui doit théoriquement finir par ralentir sous l’effet de la faiblesse du marché de l’emploi.

D’abord, ils envisagent désormais une inflation moyenne comprise entre 1,5 et 1,7% cette année, ce qui, à défaut de hausse des salaires, soutiendrait le pouvoir d’achat.

D’autre part, ils remarquent que les ménages profitent des taux d’intérêt bas, des mesures fiscales Sarkozy qui les autorisent en particulier à puiser dans leur épargne salariale, et de « l’effet richesse immobilier » qui incite les propriétaires de leur logement à puiser dans leur épargne, puisqu’ils se sentent plus riches au fur et à mesure que la valeur de leur bien augmente.\( « La progression exubérante de la consommation des ménages, à l’encontre de ses déterminants traditionels que sont l’emploi et le pouvoir d’achat du revenu disponible peut se reproduire en 2005 », observe Emmanuel Ferry, de la société de bourse Exane BNP Paribas.

Mais, avertit-il, cela engendrera une croissance « déséquilibrée, vulnérable et reposant sur une seule jambe », parce que, de leur côté, « l’investissement des entreprises et les exportations sont bloqués sur des taux de croissance très faibles ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !