Liste des auteurs

Une dépèche AFP et Reuters publiée sur lemonde.fr le 11 mai 2006

La croissance de la zone euro est repartie comme prévu au premier trimestre 2006

jeudi 11 mai 2006
La croissance est repartie comme prévu à la hausse dans l’Union européenne au premier trimestre, confirmant l’existence d’un rebond économique dans la région en dépit de la flambée des prix pétroliers et des tensions sur les taux d’intérêt.

Selon la première estimation, dite "rapide", publiée, jeudi 11 mai, par l’office statistique européen Eurostat, la zone euro, qui représente les trois quarts de l’économie de l’UE, a enregistré une croissance de 0,6 % au premier trimestre 2006, contre 0,3 % au quatrième trimestre 2005. Sur un an, c’est-à-dire par rapport au premier trimestre 2005, la croissance s’élève à 2 %. Pour l’ensemble de l’Union européenne, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 0,6 % sur le trimestre et de 2,2 % sur un an.

Cette reprise était attendue au vu des bons chiffres des indicateurs économiques, notamment des enquêtes de confiance des entreprises, depuis le début de l’année. L’Allemagne, principale économie européenne et qui représente à elle seule près de 30 % de la zone euro, repart de l’avant avec une croissance de 0,4 %. Au dernier trimestre 2005, sa croissance avait été nulle.

La France attendra le 19 mai pour publier les premiers résultats du PIB du premier trimestre. Le premier ministre, Dominique de Villepin, a confirmé jeudi que la croissance de la France suivait un rythme supérieur à 2 %. Le gouvernement français prévoit pour 2006 une croissance du PIB de 2 à 2,5 %, objectif rappelé par le ministre de l’économie dans un entretien paru jeudi dans l’hebdomadaire Challenges.

AUGMENTATION DES INVESTISSEMENTS

Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a jugé la croissance de la zone euro "conforme" à ses attentes, lors d’une conférence jeudi à Linz, en Autriche. Le commissaire européen aux affaires économiques et financières, Joaquin Almunia, a estimé pour sa part que les taux d’intérêt restaient "historiquement bas" dans la zone euro, ce qui "encourage l’investissement". Une manière sans doute de prendre acte de la probable hausse des taux et d’indiquer qu’elle ne posait pas problème. Les économistes tablent en majorité sur une hausse de 25 points de base du principal taux directeur de 2,5 % à 2,75 %.

Si "la reprise est confirmée", elle n’est cependant "pas assez forte pour que la BCE augmente de plus de 25 points ses taux en juin", estime ainsi Howard Archer, économiste du cabinet d’analyse Global Insight. "Il est probable que cette amélioration de la croissance soit largement imputable à une augmentation de l’investissement des entreprises. La contribution du commerce extérieur semble avoir été limitée par la hausse des importations, et les dépenses de consommation semblent avoir été relativement stagnantes dans l’ensemble, malgré une amélioration en Allemagne", analyse-t-il. Dirk Schumacher, de Goldman Sachs, juge lui la croissance "décevante" au vu de ce que laissaient espérer les indicateurs très positifs. Il attend néanmoins une "accélération de la croissance au deuxième trimestre". La croissance européenne reste inférieure à celle des Etats-Unis, qui ont enregistré une hausse de 1,2 % du PIB en rythme trimestriel sur les trois premiers mois de l’année.

Dans ses prévisions économiques de printemps publiées lundi, la Commission européenne a relevé sa prévision de croissance à 2,1 % dans la zone euro et à 2,3 % pour l’UE pour l’ensemble de l’année 2006, contre 1,9 % et 2,2 % précédemment. La Commission pense que la croissance de la zone euro ralentira à 1,8 % en 2007, en raison essentiellement d’un coup d’arrêt donné à l’expansion allemande par un relèvement projeté de la TVA.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !