Liste des auteurs

Dépèche AFP parue sur lemonde.fr le 28 septembre 2006

La croissance française au deuxième trimestre revue à la hausse

jeudi 28 septembre 2006

La croissance du produit intérieur brut français a atteint 1,2 % au deuxième trimestre 2006, selon les résultats détaillés communiqués jeudi 28 septembre par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Ce résultat est meilleur qu’anticipé dans une estimation fin août (+ 1,1 %), mais ne modifie pas l’acquis de croissance pour 2006, à 1,9 %.

Le gouvernement devrait ainsi atteindre son objectif. Il s’attend cette année à une croissance "dans le haut de la fourchette" entre 2 et 2,5 %, avait redit mercredi le ministre des finances, Thierry Breton, en présentant le budget 2007. Cette croissance trimestrielle très vigoureuse fait suite à une progression du PIB de 0,4 % au premier trimestre.

Ce bon chiffre doit cependant être tempéré. Pour Nicolas Bouzou, du cabinet d’analyses économiques Asterès, "la croissance de l’économie au deuxième trimestre n’est pas très bien fichue". Cet analyste trouve en effet que "cette configuration n’est pas optimale dans la mesure où elle montre que l’économie française tient à la demande intérieure, elle-même tirée par l’endettement, mais souffre d’un manque de compétitivité à l’international". La croissance reste en effet tirée par la consommation des ménages, qui a ralenti très légèrement (+ 0,8 %, après + 0,9 % au premier trimestre) mais contribue à hauteur de 0,4 point à l’évolution du PIB.

LES INVESTISSEMENTS S’ACCÉLÈRENT

Les investissements (formation brute de capital fixe) sont en nette accélération : + 1,7 % après une stagnation au premier trimestre. L’investissement des entreprises non financières augmente notamment de 2,3 %.

En revanche, les exportations ralentissent (+ 1,6 % après + 3,2 % au premier trimestre), alors que les importations accélèrent sensiblement (+ 3,2 %, après + 1,4 % au premier trimestre). Le solde extérieur se dégrade donc, et contribue négativement à la croissance à hauteur de 0,5 point.

Enfin, les stocks se reconstituent, contribuant à hauteur de 0,8 point à la croissance trimestrielle (après une contribution négative de 0,7 point au premier trimestre). Mais cette forte contribution des stocks "n’est pas reconductible sur le reste de l’année", selon Nicolas Bouzou. Pour lui, "la vraie bonne nouvelle de cette livraison de l’Insee - la seule ? - concerne les comptes des entreprises" , car "le taux de marge des sociétés non financières remonte à 30,2 %, son niveau le plus haut depuis début 2005". "C’est une bonne chose pour l’investissement et l’emploi. Encore faut-il que cela dure un peu, ce qui n’est pas certain, vu la dégradation de l’environnement international", selon lui.

Les comptes trimestriels de l’Insee font l’objet de trois publications : deux estimations, environ 42 et 50 jours après la fin du trimestre, puis les résultats détaillés environ 90 jours après.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !