Liste des auteurs

Alexandra Chaignon | L’Humanité du 14.03.2008

La face cachée de Renault

samedi 15 mars 2008 par Alexandra Chaignon
Souffrance au travail . La CGT accuse le constructeur automobile de se débarrasser de salariés rendus handicapés par leur travail en les licenciant pour inaptitude.

Employée sur une chaîne de montage de l’usine Renault de Flins (Yvelines), Fatima Nieng a reçu le 31 janvier 2008 un préavis de licenciement de deux mois pour « inaptitude ». Son tort ? Ne plus pouvoir « rester debout plus d’une heure » depuis une opération du genou. Selon elle, la direction a tout fait pour l’éloigner de l’entreprise après une chute provoquée par un malaise dans l’usine, en juin 2004. Malaise qui n’a pas été considéré comme un accident du travail.

Pour cette mère de cinq enfants, le calvaire a commencé quand elle a voulu revenir travailler. « Le médecin du travail a d’abord refusé que je reprenne mon poste et m’a conseillé de rester chez moi. Cette situation a duré trois ans. Quand je suis revenue, en 2007, on m’a ordonné de rester assise sur une chaise durant les huit heures de mon service. Cela a duré trois semaines. Jusqu’au 11 juin 2007, où mon badge a été désactivé. Je ne pouvais plus accéder à l’entreprise. Le chef du personnel m’a fait comprendre qu’il valait mieux que je parte de moi-même. J’ai refusé. Et aujourd’hui, on me licencie pour inaptitude », déplore Fatima Nieng.

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du groupe a estimé pour sa part que « si un médecin qui est une personne indépendante, ne l’autorisait pas à revenir, c’est qu’il y avait une raison valable ». Selon lui, des possibilités de reclassement auraient été étudiées. « Nous avons recherché un poste pour cette personne dans l’usine de Flins puis sur d’autres sites, mais ceux qu’elle pouvait occuper était déjà pris. » Selon Renault, la salariée a été reconnue « Cotorep » (personne handicapée) en 2005, mais « ce handicap n’est pas lié à ses conditions de travail ». Décidé à ne pas se laisser faire, la salariée a saisi le tribunal des prud’hommes de Versailles pour demander l’annulation du licenciement.

Cet exemple n’est pas un cas isolé. Jean-Louis Buquet, cinquante-deux ans, monteur sur chaîne à l’usine de Sandouville (Seine-Maritime), a lui aussi subi le même sort. Après un accident de travail en 1996, non déclaré par Renault, il est reconnu comme personne handicapée. On lui propose bien des postes ; mais ils sont inadaptés à ses problèmes de dos et le poussent à se mettre en arrêts maladie à plusieurs reprises. Finalement, après l’avoir laissé un an sans affectation, la direction a fini par le licencier pour incapacité de reclassement, sans aucune information auprès des instances représentatives (CHSCT, DP) comme le prévoit la loi. Soutenu par la CGT, Jean-Louis Buquet a lui aussi saisi les prud’hommes du Havre.

Ces derniers temps, on a beaucoup parlé des suicides chez Renault. Mais comme le souligne Fabien Gache, délégué central CGT de Renault, c’est « la face visible de la souffrance au travail ». « La prise d’anxiolytiques augmente, les troubles musculo-squelettiques explosent, de même que les dépressions nerveuses. C’est la stratégie de Renault : en faire plus avec moins de monde. » Le meilleur moyen de « fabriquer » des handicapés. Car malgré la baisse des effectifs chez Renault, le nombre de salariés handicapés augmente, comme le montrent les chiffres de l’usine de Sandouville : En 2004, le site comptait 9,80 % de salariés handicapés sur un effectif de 5 617 ; en 2007, il est passé à 12,77 % pour 4 181 salariés. Cette augmentation conduit désormais le constructeur automobile à licencier ces salariés pas assez productifs, au mépris du maintien dans l’emploi et de l’adaptation dans les postes. Des obligations imposées par l’accord signé entre le groupe et les syndicats en faveur des personnes handicapées, mais avant tout par le Code du travail. Comme le rappelle Isabelle Fortier, conseillère confédérale CGT et responsable de l’activité travail-handicap, « c’est le travail qui doit être adapté à l’homme et non pas le contraire ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !