Liste des auteurs

Article de Dominique Buffier paru dans Le Monde du 2 juillet 2006

La fusion entre Arcelor et Mittal pourrait entraîner près de 30 000 suppressions d’emplois

dimanche 2 juillet 2006 par Dominique Buffier
L’alliance Severstal-Arcelor a vécu. L’assemblée générale extraordinaire (AGE) d’Arcelor, qui s’est tenue, vendredi 30 juin, au Luxembourg, a voté contre cette fusion proposée le 26 mai par Arcelor pour contrer l’OPA, alors hostile, de Mittal Steel. Avec cette alliance, Severstal devait prendre à l’origine 32 % du capital d’Arcelor, un seuil ramené à 25 %.

Quelque 60,4 % des actionnaires étaient présents ou représentés. 96 % d’entre eux ayant voté contre l’alliance, celle-ci a été rejetée par 58 % des actionnaires. Conformément aux clauses prévues, le groupe russe recevra en compensation 140 millions d’euros.

De leur côté, les actionnaires de Mittal réunis le même jour en AGE à Rotterdam ont approuvé à 99,99 % la fusion avec Arcelor. Le groupe s’est félicité dans un communiqué du vote des actionnaires d’Arcelor et lance maintenant un appel aux actionnaires pour " qu’ils apportent leur titre à l’offre recommandée de Mittal d’ici au 13 juillet, date de clôture de l’offre".

La direction d’Arcelor semble, elle, vivre assez difficilement le renversement d’alliance imposé par son conseil d’administration le 25 juin. La fin de l’alliance avec Severstal ne doit pas mettre fin " au partenariat industriel et amical entre Severstal et Arcelor" n’a cessé de répéter Joseph Kinsch, président du conseil d’administration d’Arcelor.

Colette Neuville, présidente de l’Association de défense des actionnaires minoritaires (ADAM), a fustigé le conseil qui a mis la société dans " une situation surréaliste en proposant cette alternative entre Severstal et Mittal".

Dès mercredi 5 juillet, c’est Aditya Mittal, directeur financier de Mittal Steel, et Martine Hue, directrice des relations investisseurs chez Arcelor - et non le directeur financier du groupe - qui partiront à la rencontre des marchés financiers pour les rallier définitivement à la nouvelle offre.

Une démarche prioritaire car l’adhésion des actionnaires d’Arcelor à la fusion avec Mittal est loin d’être acquise. De nombreuses questions restent posées : l’avenir de Dofasco sur lequel M. Kinsch a reconnu n’être pas parvenu à un accord avec Mittal, le coût de la mise à niveau des usines de Mittal, estimée, selon Roland Junck de la direction général d’Arcelor, " à 2,2 milliards d’euros par an sur trois à cinq ans", et surtout la restructuration avec, selon lui, la suppression de 25 000 à 30 000 postes (sur 320 000) pour un coût de 450 millions d’euros par an.

Dans le cas du succès de l’OPA, une période de près d’un an restera nécessaire, selon Arcelor, pour réaliser la fusion.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !