Liste des auteurs

ELSA BEMBARON | Le Figaro le 02 mars 2007

La ruée vers les métaux reprend de plus belle

vendredi 2 mars 2007 par Elsa Bembaron
Les prix des métaux non ferreux (cuivre, étain, nickel, zinc...) poursuivent leur course folle, ce qui encourage l’ouverture ou la réouverture de gisements.

SEPT MILLE mineurs, employés dans la mine de Mopani en Zambie ont suivi hier une grève express. Après avoir arrêté le travail pour une durée « illimitée » ils l’ont repris au bout de quelques heures, en signe de « bonne volonté ». Un mouvement social qui en dit long sur les tensions qui règnent chez les mineurs. Ces derniers réclament une augmentation de 40 % de leur salaire (200 dollars par mois pour les plus bas) qu’ils justifient par les niveaux records du cours du cuivre, à plus de 6 000 dollars la tonne. De quoi entretenir la grogne et multiplier les mouvements de grève, notamment au Chili dont une des principales ressources est le cuivre.

« Les groupes miniers sont confrontés à de nombreuses contraintes, qui expliquent en partie les cours très élevés des métaux de base », explique Éric Ouedraogo, gérant chez Edmond de Rothschild Multi Management. Les retards dans l’exploitation de nouveaux gisements se sont multipliés, faute de matériel, la production de sites existants n’a pas suffisamment augmenté. Les fabricants de camions et autres pelleteuses géantes n’ont pas pu honorer pleinement leurs commandes en raison notamment d’un manque de pneumatiques (nos éditions du 9 décembre 2006).

Les arrêts de production liés à des problèmes de matériels sont aussi très fréquents. Par exemple, les producteurs de cuivre transforment sur place le minerai en cathodes, sorte d’énormes lingots de cuivre d’environ 100 kg, or les fours qu’ils utilisent tombent souvent en panne, en raison de leur vétusté. Entre 1980 et 2000, les mineurs n’ont pratiquement pas réalisé d’investissement, en raison de leur situation financière alors catastrophique. Enfin, les principaux pays producteurs de métaux sont souvent victimes, soit de catastrophes naturelles, comme ce fut le cas avec des éboulements ou des inondations dans les mines au Chili, soit de conflits internationaux ou ethniques, particulièrement en Afrique.

Baisse au second semestre

Face à cela, la demande chinoise en métaux de base reste soutenue. « À elle seule, la Chine consomme 150 000 à 200 000 tonnes de cuivre supplémentaires chaque année », précise Gérard Hauser, président de Nexans, leader de l’industrie du câble et premier acheteur privé de cuivre au monde. Plus généralement, la demande en provenance de l’empire du Milieu est le principal soutien aux cours du zinc, du minerai de fer, du nickel, de l’aluminium..., précisent les analystes de Morgan Stanley Research. Et comme toutes les matières premières ont augmenté conjointement, il est très difficile pour les industriels de trouver des produits de remplacement moins onéreux. D’autant que le moindre changement requiert une remise à plat complète des process de production.

À tous ces facteurs pour le moins rationnels, s’ajoute la spéculation. Après les perles d’internet, les investisseurs ont redécouvert l’or et le plomb ! L’année dernière, de nombreuses banques ont ouvert ce marché aux particuliers, soutenant ainsi les cours à la hausse. « Les niveaux de prix sont ridiculement hauts, ajoute Éric Ouedraogo. Ils ont atteint trois fois les coûts de production. Ce sont des prix de pénurie liés à l’absence de marge de manoeuvre des miniers. » Et pourtant, la hausse pourrait se poursuivre au long du premier semestre. « Nous nous attendons à de nouvelles hausses des cours des métaux de base, liées à des rachats spéculatifs en début d’année, qui devraient être suivies de baisses au second semestre », expliquent les analystes de JP Morgan.


Plomb, argent, aluminium, nickel... à quoi servent-ils ?

La bijouterie et l’argenterie ne sont que les deuxièmes consommateurs d’argent, derrière le secteur industriel : l’argent est le meilleur conducteur d’électricité, une qualité appréciée dans l’électronique. Il est aussi utilisé pour des soudures, notamment dans le secteur automobile. L’aluminium est aussi très utilisé par ce secteur (les moteurs sont essentiellement en fonte d’aluminium), qui l’emploie de plus en plus pour les pièces de carrosserie. Le bâtiment, l’emballage pharmaceutique et alimentaire sont aussi gourmands en aluminium. Le plomb est, lui, très recherché par les fabricants d’accumulateurs d’énergie (batteries de voitures...). Le nickel est principalement utilisé pour l’élaboration d’acier inoxydable. Car sans nickel, l’acier rouille ! Et l’inox est employé dans l’automobile, le bâtiment, l’électroménager... Les marchés de l’étain et du zinc sont eux aussi liés à ceux de l’acier. Revêtu d’étain, ce dernier est plus connu sous le nom de fer-blanc (boîtes de conserve, cannettes...). Recouvert de zinc, l’acier galvanisé résiste à la corrosion et sert à fabriquer des automobiles.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !