Liste des auteurs

Article de DIANE CAMBON , Keren Lentschner et Bertille Bayart publié dans Le Figaro du 18 octobre 2006

Le BTP espagnol se diversifie dans l’énergie

mercredi 18 octobre 2006 par Bertille Bayart, Diane Cambon, Keren Lentschner
Sacyr a pris 9,24 % du capital de Repsol, confirmant l’appétit du secteur de la construction pour l’énergie.

SACYR poursuit son ascension en Europe. Le constructeur espagnol a annoncé hier avoir pris une participation de 9,24 % dans le pétrolier Repsol. Montant de la transaction : 2,85 milliards d’euros. En devenant le deuxième actionnaire du groupe hispano-argentin, Luis del Rivero prend position sur Gas Natural, détenu à 35 % par Repsol. La réflexion du patron de Sacyr obéit à une « logique de présence à long terme dans un secteur stratégique », a-t-il expliqué hier au Figaro. Surtout, son groupe, qui avait déjà fait parler de lui au printemps en prenant le contrôle de 32 % du français Eiffage, améliorera de 60 % ses bénéfices après sa prise de participation dans Repsol.

Ce dernier assaut de Sacyr illustre la soif d’expansion du secteur du BTP espagnol. Fin septembre, deux autres géants, Acciona et ACS (Actividad de Construcciones y servicios), avaient fait irruption dans deux opérateurs électriques, respectivement Endesa et Iberdrola. Des mouvements qui illustrent à quel point les seigneurs du béton sont devenus incontournables dans le capitalisme espagnol.

Avec 12 % du PIB, les groupes de construction constituent en effet le secteur le plus dynamique de l’économie espagnole. Dopés par l’explosion du marché de l’immobilier espagnol (+ 150 % en dix ans) et par les grands travaux publics, ils sont assis aujourd’hui sur un pécule généreux. Ils bénéficient en outre de l’appui financier des grandes banques du pays.

Anticiper un ralentissement de l’immobilier

À coups de fusions répétées, le secteur de la construction est passé en deux décennies de vingt entreprises à six grands groupes de taille européenne. Ces six mastodontes du béton (ACS, FCC, Ferrovial, Acciona, Sacyr Vallehermoso et OHL) figurent aujourd’hui parmi les dix leaders mondiaux en concessions d’infrastructures, selon la publication Public Works Financing. En terme de capitalisation, sur les dix entreprises de construction, cinq sont espagnoles. « La grande force de ces sociétés est d’avoir su, très tôt, être des entreprises diversifiées, aussi bien dans les investissements, les activités que dans les zones géographiques », indique un expert de l’Institut des entreprises.

Acciona et ACS ont toutes deux fait le pari de l’énergie en prévision des temps futurs. Même si l’Espagne a encore battu cette année le record d’Europe en construisant 800 000 logements - soit autant que la France, l’Allemagne et l’Angleterre réunis - le marché de la construction laisse entrevoir des signes de ralentissement. La hausse des taux d’intérêt et la diminution des investissements étrangers ont freiné les ventes, et la crainte de voir exploser la bulle spéculative immobilière est plus vive.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les acteurs du BTP se tournent vers l’énergie, une activité perçue comme étant moins cyclique que le bâtiment. Ils auraient tort de se priver de ce nouveau marché stratégique, lorsque les plus grandes banques du pays - BBVA ou Santander Central Hispano - sont les premières à vouloir prendre une part du gâteau et sont disposées à financer l’intégralité des achats. Avec, en plus, la bénédiction des autorités espagnoles.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !