Liste des auteurs

Un article paru sur Libération.fr le 14 juin 2006

Le CNE, tout petit créateur d’emplois

mercredi 14 juin 2006
Seul un Contrat nouvelle embauche sur dix, soit 44 000 sur 440 000, correspond à une véritable création d’emploi • L’étude montre aussi que quelque 70 % des embauches effectuées sous CNE seraient intervenues de toute façon •

Après le fiasco du CPE, le CNE va-t-il à son tour plomber Villepin ? Selon les résultats d’une étude commandée par le ministère de l’Emploi dévoilée par « les Echos » de mercredi, seuls 10 % des Contrats nouvelle embauche correspondent à de véritables créations d’emplois, soit environ 44 000 sur 440 000 CNE signés.

L’enquête fait apparaître que le solde net des créations d’emplois dues au CNE est très éloigné du quart, voire du tiers, des contrats signés dont fait état le gouvernement. La part des CNE rompus au cours des six mois est évalué à 30 %, soit un CNE sur trois, ce qui est « nettement supérieur » à la proportion des CDI rompus sur cette période.

L’étude montre parallèlement que quelque 70 % des embauches effectuées sous CNE seraient intervenues de toute façon, sans ce dispositif, à parts égales entre CDD et CDI. 20 % des CNE conclus relèvent de simples anticipations de recrutements, selon l’enquête. Comparé aux 50 000 emplois créés l’an dernier dans le secteur privé, le chiffre de 44 000 véritables créations d’emplois sous forme de CNE est loin d’être anodin. Mais il traduit une montée en puissance des CNE qui risque de s’effondrer au moment où les premiers contrats arrivant à leur terme de deux ans devront - ou pas - être convertis en CDI classiques.

Guère à l’avantage du gouvernement, cette étude risque de raviver la polémique sur cette mesure phare du gouvernement Villepin approuvée par le Medef, mais unanimement dénoncée par les syndicats à l’époque de son adoption et qui facilite le licenciement dans les entreprises de moins de 20 salariés pendant les deux premières années d’activité dans ces TPE.

Dominique de Villepin qui n’avait peut-être pas pris connaissance des résultats de cette enquête se félicitait lundi que « 90 % des CNE signés depuis dix mois soient toujours en activité ». Il a même récidivé hier en expliquant que « le CNE est un bon outil pour l’emploi, donc nous le garderons » à l’occasion de la 4e journée nationale de la CGPME. « Mais nous n’en resterons pas là », a-t-il ajouté, sans préciser les pistes envisagées.

En se penchant sur les détails de cete étude menée par téléphone auprès de chef d’entreprises de 0 à 19 salariés ayant embauché en CNE, CDD ou CDI au cours des 9 derniers mois, il apparaît néanmoins que la rupture de contrat nouvelle embauche n’est pas, et de loin, le fait du seul employeur (38 %). Dans près d’un cas sur deux (45 %), ce sont les salariés qui démissionnent de leur poste, les cas restants (17 %) étant le fruit d’une décision commune des deux parties. « Au total, les employeurs ont donc rompu un peu plus de un CNE sur dix (11,4 %), ce qui est loin d’en faire un contrat de précarité extrême », nuance le ministère du Travail cité par « les Echos ». Conséquence de cette étude, l’Insee, qui table sur 10 000 à 20 000 créations d’emplois chaque trimestre grâce au CNE, s’apprête à réviser ses estimations dès 2007.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !