Liste des auteurs

Rémi Barroux | Le Monde le 9 janvier 2007

Le Centre d’analyse stratégique évoque une détérioration du niveau de vie

mardi 9 janvier 2007 par Rémi Barroux

Le premier ministre, Dominique de Villepin a reçu, lundi 8 janvier, des mains de Sophie Boissard, directrice générale du Centre d’analyse stratégique (CAS), le rapport annuel 2006 sur l’état de la France. Il s’agit du premier rapport sous cette forme annuelle. Le CAS, mis en place en mars 2006, par M. de Villepin, s’est substitué au commissariat général au Plan.

Le premier ministre a saisi cette occasion pour montrer qu’il agit jusqu’au bout et propose même des réformes pour les années à venir, en particulier en matière de politique de l’emploi, quitte à laisser "ces décisions courageuses et difficiles à prendre", ainsi qu’on les qualifiait à Matignon, en héritage à la prochaine équipe gouvernementale.

Partant du constat de la baisse du chômage de plus de 10 % en près de deux ans, à 8,7 %, M. de Villepin a proposé d’accélérer la réforme du service de l’emploi, notamment par la fusion de l’ANPE et de l’Unedic - déjà annoncée par le chef de l’Etat -, mais aussi la réforme des allocations chômage jusqu’ici gérées par les partenaires sociaux, ou encore la mise en place d’une "flexi-sécurité" à la française (qui combine flexibilité pour l’entreprise et sécurité pour le salarié).

Reprenant quelques pistes esquissées par le CAS, M. de Villepin doit proposer prochainement des mesures pour améliorer la formation des salariés les moins qualifiés (notamment par l’instauration d’une année gratuite de formation continue) ; offrir des moyens pour les jeunes qui veulent continuer leur formation initiale "avec un accompagnement financier plus efficace", selon l’expression de Matignon, par un système d’allocation, de bourses et d’emprunts facilités.

Si le rapport du CAS dessine une France moins inégalitaire, dont la santé économique et sociale est meilleure, il n’en souligne pas moins des risques de nouvelles fractures. La relative "homogénéisation" qui s’opère en France, sur les conditions de vie et les valeurs, n’empêche pas, selon les experts du centre, que des "clivages structurels demeurent" et que "les phénomènes de ségrégation se renforcent".

Surtout, les perspectives du marché du travail (Le Monde daté 31 décembre 2006-1er janvier 2007) dessinent une nouvelle segmentation qui offrira, d’un côté, des emplois pour une main-d’oeuvre formée, pour des cadres et, "à l’opposé dans l’échelle de qualification", des emplois notamment dans les métiers de service à la personne, moins qualifiés, plus précaires et moins structurants. Comment combler alors cette nouvelle fracture, d’autant qu’elle risque de s’accompagner d’un renforcement des "inégalités de genre", les emplois moins qualifiés étant occupés plus fréquemment par des femmes ?

A cela s’ajoutent les difficultés pour les jeunes générations, leur précarité et leur dépendance vis-à-vis des aînés, le "creusement des écarts générationnels", la fracture de l’ethnicité et les discriminations qui l’accompagnent.

Tous ces éléments déterminent de "grandes inégalités de destins", selon l’expression des experts, et, surtout, offrent une "vision pessimiste de l’avenir" préoccupante. Le CAS rappelle que pour 80 % des personnes interrogées par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), "le niveau de vie de l’ensemble des Français se détériorent" et que les risques de chômage et d’exclusion sont de plus en plus ressentis. Ce qui, selon le centre, doit inciter les politiques publiques à renouveler les mesures de solidarité, notamment en les adaptant plus "aux situations individuelles".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !