Liste des auteurs

Un article de : Céline Edwards-Vuillet paru dans le Figaro du 22 septembre 2005

Le canadien Vermilion investit en Aquitaine

jeudi 22 septembre 2005 par Céline Edwards-Vuillet

Esso-Rep extrait du pétrole en Aquitaine depuis 1954, année de l’ouverture de son premier puits à Parentis-en-Born, dans les Landes. Aujourd’hui, c’est encore le plus important gisement de France, soit 450 m3/jour qui représentent près de 3 000 barils. La filiale française d’Exxon s’est ensuite intéressée au Bassin d’Arcachon, où elle dispose de plusieurs forages qui produisent un total de 383 m3. Ce volume est jugé insuffisant par la direction du groupe, qui a décidé de se retirer de la région malgré la découverte du gisement « Mimosas » en 2004 sur la commune de La Teste-de-Buch, suite à un investissement de 6 millions d’euros pour creuser à plus de 3 000 mètres de profondeur. « Les champs aquitains sont en déclin et ne répondent plus à notre stratégie de développement, explique-t-on chez Esso-Rep, nous avons donc mis nos puits en vente fin 2004. Nous attendons les résultats. »

Le désengagement d’Esso-REP en Aquitaine a commencé en 1997, quand l’entreprise a cédé son site de Parentis au groupe canadien Vermilion, devenu un des premiers producteurs de France avec neuf gisements qui produisent l’équivalent de 6 000 barils, soit 24% de la production nationale. « Vermilion dispose par ailleurs des plus grandes surfaces de permis sur le domaine français qui reste stratégique car il est peu exploité », explique Patrick Caillot, directeur conseiller de Vermilion pour la France, tout en reconnaissant que « ces gisements sont d’un coût élevé, à cause notamment des contraintes environnementales ».

Il estime qu’« à partir d’un cours de vingt-cinq dollars le baril il est intéressant pour des petites sociétés comme les nôtres d’investir sur des sites délaissés par les multinationales, car ils restent rentables ». C’est d’autant plus vrai dans les Landes que le pétrole y est de meilleure qualité que dans les émirats, ce qui permet de le vendre au prix du brent, la valeur de référence de l’or noir. Vermilion est donc dans une phase de travaux intensifs pour valoriser ses sites grâce à de nouveaux forages, mais se dit freiné car les moyens techniques et humains ne suivent pas. En effet, au niveau international, toutes les compagnies ont le même objectif, et le matériel disponible sur le marché est considéré comme insuffisant pour répondre à la demande.

Depuis 1997, Vermilion a investi 37,5 millions d’euros sur ses sites aquitains. La durée de vie du gisement de Parentis est évaluée à trente ans. Elle est aussi actuellement en prospection off-shore au large des Landes, dans le golfe de Gascogne. Si ses prévisions sont confirmées, Vermilion devrait largement doubler dans cinq ans sa production en Aquitaine, qui est de 600 m3 aujourd’hui. Autre avantage pour la région, le pétrole landais extrait par Vermilion est raffiné au bec d’Ambès, en Gironde, avant d’être distribué en France.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !