Liste des auteurs

Olivier Truc | Le Monde le 3 mars 2007

Le gazoduc de la Baltique inquiète les riverains

samedi 3 mars 2007 par Olivier Truc

Après la Suède et la Lituanie, c’est au tour de la Finlande d’exprimer de sérieuses réserves vis-à-vis du projet russo-allemand de gazoduc sous-marin de 1 200 kilomètres qui devrait traverser la mer Baltique d’ici trois ans et passer à quelques dizaines de kilomètres des côtes finlandaises. Mardi 27 février, le ministère finlandais de l’environnement a estimé que l’étude d’impact environnemental présentée par le consortium Nordstream et soumise à l’automne 2006 aux pays riverains était "trop générale".

Les Finlandais relèvent que le plus gros impact sur l’environnement proviendra de la phase de construction. Des quantités élevées de produits toxiques se sont en effet accumulées au fond de la Baltique, une mer à l’écosystème très sensible et déjà fortement polluée.

Les Finlandais trouvent le projet trop peu détaillé dans sa forme actuelle. "Des alternatives devraient aussi être cherchées pour le tracé du pipeline", a déclaré Seija Rantakallio, un responsable du ministère finlandais de l’environnement. Les Finlandais critiquent également le calendrier qu’ils considèrent "trop serré".

Le gazoduc a suscité ces dernières années de vives tensions entre l’Allemagne et la Pologne, qui n’accepte pas que Berlin et Moscou aient choisi un tracé alternatif au pipeline qui traverse déjà son territoire.

A la mi-février, la Suède et la Lituanie avaient à leur tour émis des réserves à la lecture de l’étude de Nordstream. "Nous pensons qu’il faut discuter d’alternatives au gazoduc sous-marin envisagé, il n’est pas correct de ne présenter qu’une seule option", avait déclaré Aleksandras Spruogis, un responsable du ministère lituanien de l’environnement.

En Suède, où l’Agence de protection de l’environnement souhaite que le tracé soit éloigné des zones sensibles, des critiques avaient été exprimées en novembre 2006 par le ministre de la défense. Celui-ci s’inquiétait qu’une plate-forme de maintenance prévue au large de l’île suédoise de Gotland ne soit utilisée à des fins d’espionnage par les Russes. Cette critique avait été rejetée en février par l’ambassadeur de Russie en Suède, qui a déclaré que le débat suédois sur la plate-forme avait atteint "un niveau d’idiot".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !