Liste des auteurs

LEMONDE.FR | 16.05.05 | d’après des dépèches AFP et Reuters

Le lundi de Pentecôte voit fleurir les mouvements de grèves

lundi 16 mai 2005

C’était prévisible, le lundi 16 mai officiellement travaillé, voulu par le gouvernement, n’a pas fait l’unanimité en France. Ainsi, on constatait, à la mi-journée, 22 % d’enseignants grévistes et un taux similaire dans les hôpitaux parisiens. "A midi, le taux moyen de participation à la grève est évalué chez les enseignants à 22% ", a constaté le ministère de l’éducation nationale. " Une majorité d’élèves était présente ce matin en cours", a-t-il également souligné.

De son côté, le SNES-FSU, principal syndicat d’enseignants du second degré, a fait état d’une moyenne de 30 % de grévistes dans les collèges et lycées. "Seuls 10 % à 15 % des collégiens et lycéens sont allés en cours", a-t-il ajouté, en demandant au gouvernement d’en "tenir compte et - de - revoir sa copie pour 2006". Le SNUipp-FSU, premier syndicat dans les écoles maternelles et primaires, a quant à lui signalé "moins d’un enfant sur deux présent en classe, des écoles fermées et de 30 % à 60 % des enseignants en grève selon les départements".

A titre d’exemple, le rectorat de Lille (Nord) a fait état d’un taux d’absentéisme de 75 % dans les collèges et lycéens. Plusieurs écoles primaires et maternelles du centre-ville lillois étaient fermées. Selon le SNES, "20 % à 50 % des enseignants ont fait le choix de se porter grévistes, ce qui donne une participation moyenne d’environ 30 %". "La participation est très forte - supérieure à 50 % - pour la vie scolaire et les agents", a ajouté le syndicat dans un communiqué.

Le SNES avait d’ailleurs dit son intention d’accueillir les enfants mais de remplacer les cours par des débats, des fêtes, des pique-niques. Le syndicat a notamment signalé, lundi, un pique-nique au Festival du film à Cannes et la plantation d’un "arbre de la solidarité" à Strasbourg.

Pourtant, le ministère a jugé "de façon globalement satisfaisante la participation de l’éducation nationale à la journée de solidarité". "A l’occasion de cette journée de solidarité qui constitue une ’première’ dans notre pays, le ministre - François Fillon - entend saluer le sens des responsabilités des personnels qui ont décidé d’assumer leur mission", a-t-il fait savoir dans un communiqué. "Aucun signalement d’établissement du second degré fermé n’est à déplorer, les examens prévus se sont déroulés dans des conditions normales", s’est ainsi félicité le ministère.

22 % DE GRÉVISTES DANS LES HÔPITAUX PARISIENS

Dans les hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), le taux de mobilisation des personnels grévistes (absents et "assignés", c’est-à-dire obligés de travailler) s’établissait également, lundi en début d’après-midi, à 22%, a indiqué une porte-parole de l’AP-HP. Un système de service minimum propre aux hôpitaux contraint, en effet, une certaine proportion de personnels hospitaliers à travailler par "assignations" en période de grève, pour assurer la continuité des soins.

Si l’on ne compte que les grévistes et pas les "assignés", le taux de participation au mouvement de grève s’établit à 12,9%, a précisé la porte-parole sans plus de commentaires. L’AP-HP, qui regroupe trente-neuf hôpitaux ou groupes hospitaliers, dont dix-sept à Paris intra-muros, emploie 90 658 personnes.

La direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins avait indiqué, le 27 avril, que le lundi de Pentecôte serait "travaillé dans une très grande majorité" d’établissements hospitaliers.

Cependant, six fédérations de fonctionnaires CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU et CFTC avaient appelé à faire du 16 mai une journée de mobilisation "sous les formes les plus diverses, y compris la grève".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !