Liste des auteurs

Un article de Pierre-Henri Lab , Marie-Noëlle Bertrand et Lénaïg Bredoux paru dans L’Humanité du 7 février 2006

Le mouvement anti-CPE reçoit un large soutien

mardi 7 février 2006 par Pierre-Henri Lab, Lénaïg Bredoux, Marie-Noëlle Bertrand

Les Français jugent majoritairement que le projet de contrat première embauche est « une mauvaise chose » pour les moins de 26 ans et les salariés en général. Ils sont favorables au mouvement pour son retrait engagé par les syndicats et les organisations d’étudiants et de lycéens. Tel est le principal enseignement du sondage exclusif réalisé auprès de 1 000 personnes le 1er février par l’institut CSA pour l’Humanité. À la question « Quelle est votre attitude à l’égard de ce mouvement ? », 37 % des Français expriment leur soutien et 21 % expriment leur sympathie. Seuls 20 % y sont hostiles tandis que 15 % se déclarent indifférents. 7 % ne se prononcent pas. Les femmes sont les plus favorables au mouvement (63 %). Parmi les classes d’âge, seuls les 15-17 ans (49 %) et les plus de soixante-quinze ans (39 %) ne se prononcent pas majoritairement en faveur de cette mobilisation sans pour autant y être hostiles (respectivement 7 % et 21 %). L’ensemble des catégories socioprofessionnelles soutiennent ou éprouvent majoritairement de la sympathie (de 55 % chez les ouvriers à 73 % chez les professions intermédiaires). Sans surprise, les sympathisants de gauche sont les plus favorables aux manifestations d’aujourd’hui (66 % des sympathisants socialistes, 71 % des sympathisants d’extrême gauche, 80 % des sympathisants communistes et 81 % de ceux des Verts). Plus surprenant : à droite, les sympathisants UDF sont également favorables au mouvement (54 %). Si chez les sympathisants UMP, le soutien et la sympathie atteignent leur niveau le plus faible (42 %), ils demeurent supérieurs à l’hostilité (37 %). Sur l’appréciation du CPE, le sondage CSA révèle que si 70 % des personnes interrogées estiment que c’est « une bonne chose » pour les entreprises (16 % une mauvaise chose), 52 % jugent que c’est « une mauvaise chose » pour les jeunes de moins de 26 ans (35 % une bonne chose) et 54 % « une mauvaise chose » pour les salariés en général (31 % une bonne chose). Sur ces deux derniers points, c’est à gauche que le CPE enregistre les taux les plus importants d’appréciations négatives (70 % et 74 %) tandis que les sympathisants de droite, UDF compris, ont un jugement positif (55 % et 49 %).

Même du côté des sympathisants UMP, le soutien à la mobilisation anti CPE est à 42%.


Quelle mobilisation dans les facs ?

Lætitia, en 2e année d’animation socioculturelle, membre du collectif de l’IUT de Paris-V.

« Notre souci était de développer une information objective, indépendamment des syndicats étudiants. Lors d’une première réunion, ils nous avaient paru trop partie prenante, nous avions du mal à nous faire notre propre opinion. Nous avons formé un collectif. Nous avons compilé des articles de presse et sommes allés chercher l’information sur les sites Internet de la CGT, du MEDEF... Je ne sais pas si nous avons atteint notre objectif. Notre établissement n’est pas très militant, nous sommes des apprentis dans ce domaine. Mais nous avons informé du mieux possible. Grâce aux moyens que nous a prêtés l’UNEF, il faut bien le reconnaître. La semaine dernière, nous étions 15 en réunion. Hier, près de 200. En dehors des militants de l’UNI, une majorité des participants se sont positionnés contre le CPE. Nous ferons un départ collectif de l’IUT ce midi. »

Loïc,en 2e année de sciences de l’éducation, Bordeaux-II, membre de l’Union des étudiants communistes.

« Est-ce parce que je me trouve au bon endroit au bon moment ? En tout cas, autour de moi, beaucoup de gens me disent être prêts à se mobiliser contre le CPE. Lundi, nous étions environ 400 en assemblée générale. Et lors des distribution de tracts, les étudiants me disent qu’ils sont de tout coeur avec nous. Tous ne viendront pas manifester, beaucoup travaillent aujourd’hui. Et quelques-uns s’affichent pour le CPE ; généralement des gens qui avaient dès le départ une opinion sur ce projet et qui n’en changeront plus. C’est mon sentiment. Si je suis confiant dans la mobilisation d’aujourd’hui ? Mitigé. Cet amendement est passé rapidement et nous avons eu peu de temps pour réagir. Cela dit, nous avons réussi à construire un collectif, nous avons les syndicats de salariés avec nous et la presse a bien relayé l’info. Alors pourquoi pas ? »

Simon, étudiant à Lille-III, SUD-Étudiant

« La semaine dernière, pour la journée de mobilisation des fonctionnaires, il y avait 500 jeunes dans la rue à Lille. J’espère qu’on sera au moins autant cet après-midi. On n’a pas le droit à l’erreur. C’est la première journée nationale de mobilisation sur le CPE. Pour l’instant, j’ai l’impression que le fatalisme domine chez les étudiants. Ils pensent que s’ils vont en cours, ils s’en sortiront, ou qu’avec un CPE, il suffit d’être motivé pendant deux ans. La mobilisation sur le CIP remonte à 1994, quand les facs étaient beaucoup plus politisées qu’aujourd’hui. J’ai entendu des étudiants dire : "À quoi cela sert de lutter puisque le libéralisme triomphera ?" Mais s’il n’y a personne dans la rue aujourd’hui, on ouvre une place grandiose au gouvernement pour casser le Code du travail. »

Propos recueillis par Marie-Noëlle Bertrand et Lénaïg Bredoux


Les jeunes chômeurs en ligne de mire

Selon l’INSEE, le taux de chômage des moins de 25 ans est de 22,7 %. Témoignages à Épinay-sur-Seine.

L’INSEE estime à 9,5 % le taux de chômage en France. Un chiffre qui grimpe à 22,7 % chez les moins de 25 ans. C’est une moyenne. La situation est encore plus tendue dans certains départements. Ainsi, à Épinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, 18,8 % de la population active pointe à l’ANPE. Témoignages.

Jérémy, commercial, 27 ans.

Il sort de son rendez-vous à l’ANPE, manteau noir, coupe impeccable, porte-documents sous le bras. Jérémy cherche depuis quatre mois un poste de commercial en pièces détachées. À vingt-sept ans, ses parents doivent l’aider, et lui est obligé de tout accepter. « Je viens de postuler pour un poste d’agent d’entretien. Parfois, je fais de la sécurité. » Il a écrit une lettre à Dominique de Villepin et une à Jean-Louis Borloo. Le premier lui a répondu qu’il n’embauchait pas, l’autre l’a dirigé vers... l’ANPE. « Vous croyez qu’ils se soucient de nous ? Le CPE, c’est une grande connerie. Cela ne va pas nous aider. Une majorité de patrons vont l’utiliser pour virer les gens. »

Nassima,en formation, 23 ans.

Elle n’a pas entendu parler du contrat première embauche. Mais, elle trouve « normale » la période d’essai de deux ans : « Les jeunes ne se lèvent pas le matin. Et ceux qui sont motivés ne trouvent pas de travail, il faut faire quelque chose pour eux. » Nassima cherche une formation d’ambulancière. « Mais ce n’est pas pris en charge par l’ANPE. Or un jeune ne peut pas payer 1 300 euros. Et puis, il y a beaucoup de racisme. » Finalement, la jeune femme tranche : « Les jeunes ont une part de responsabilité, et la société a beaucoup de responsabilité. »

Yvenson, menuisier, 20 ans.

Il est partagé sur le CPE. D’un côté, « si des glandeurs ne veulent pas travailler, cela va les motiver ». De l’autre, « si on veut prendre un crédit, on peut se faire virer à tout moment ». Un CAP de menuisier en poche, Yvenson cherche une place depuis un mois. « Dans ce secteur, normalement, il y a du travail. Mais moi, partout où je vais, on me dit ne chercher personne... »

Imed, contrôleur de gestion, 26 ans.

Le CPE ? « Encore un moyen pour le patronat de faire pression sur nous. Il y a assez de précarité comme ça. » Imed cherche un emploi depuis un mois. « La conjoncture est difficile. Et puis, je pourrais dire aussi que je suis arabe, mais je n’ai pas envie de jouer la victime. La discrimination existe, bien sûr. On m’a déjà dit : « Vous venez d’un milieu dur, cela risque de bloquer dans le relationnel. » Mais si je m’arrête à cela, je rentre chez moi, avec le RMI, et je deviens vraiment une victime... »

Lénaïg Bredoux

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !