Liste des auteurs

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 28.09.07

Le pétrole passe la barre des 83 dollars, sur fond de tempête tropicale

vendredi 28 septembre 2007

Les cours du pétrole dépassaient les 83 dollars le baril, vendredi 28 septembre, dans les échanges électroniques cotés en Asie à l’appproche d’une nouvelle dépression tropicale dans le golfe du Mexique, selon des courtiers. La zone est l’une des principales régions productrices de pétrole des Etats-Unis et du Mexique et les investisseurs craignent que, tout au long de la saison des ouragans dans le bassin Atlantique – jusqu’en novembre –, le passage d’une tempête n’endommage les infrastructures pétrolières.

Dans les échanges matinaux, le baril de light sweet crude pour livraison en novembre a gagné 46 cents, à 83,34 dollars le baril, contre 82,88 dollars jeudi soir à New York. A New York, le record historique du brut en séance est de 84,10 dollars. Les cours du brent de la mer du Nord prenaient 42 cents, à 80,45 dollars. "Le marché est nerveux à cause des ouragans", a indiqué Jason Feer, chef analyste chez Argus Media Ltd.

Une nouvelle tempête tropicale, baptisée "Lorenzo", s’est formée jeudi dans l’océan Atlantique, et pourrait se transformer en ouragan en atteignant les côtes mexicaines, a averti le centre américain de surveillance des ouragans (NHC). Le Mexique a émis une alerte aux ouragans pour la région du golfe du Mexique.

"Les marchés sont devenus très sensibles au mauvais temps depuis que l’approche d’une tempête a causé le bref arrêt, par précaution, de presque deux tiers de la production américaine de pétrole dans le Golfe, ce qui avait poussé le baril à son record au-dessus de 84 dollars la semaine dernière", confirme Bart Melek, analyste de BMO Capital Markets.

INQUIÉTUDES EN EUROPE AUSSI

Même si ces menaces météo sont circonscrites à l’Amérique du Nord, le prix du pétrole en Europe subit aussi les inquiétudes des investisseurs. "Si quelque chose se produit en Amérique du Nord et que la production est interrompue, cela entraînera automatiquement une pénurie sur le marché et on fera appel à l’offre de l’Europe et du Moyen-Orient, ce qui pèsera sur le marché mondial", a expliqué M. Melek.

Selon l’analyste, la forte flambée des cours connue à Londres et à New York est également due au fait que le marché du brut "attire pas mal de capitaux" de fonds, qui jouent sur les différentiels des prix entre les contrats à terme du pétrole pour empocher des bénéfices. De plus, la faiblesse persistante du dollar rend le pétrole meilleur marché pour les investisseurs hors zone dollar. Jeudi, le billet vert a enfoncé un nouveau plancher face à l’euro, descendant pour la première fois jusqu’à 1,4189 dollar pour un euro.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !