Liste des auteurs

Nicolas Martelin | Le Figaro le 20/05/2008

Les Etats-Unis réduisent leur dépendance face au pétrole étranger

mercredi 21 mai 2008 par Nicolas Martelin

Pour la première fois depuis les années 1970, les importations de pétrole ont reculé aux Etats-Unis. Les raisons ? Un baril cher, des voitures moins gourmandes, et une législation adaptée.

D’après le Département de l’Energie, cité par le Financial Times mardi, la dépendance américaine vis-à-vis du pétrole étranger devrait chuter de 60% à 50% en 2015. Et même s’il prévoit un léger retour à 54% en 2030, il s’agit tout de même de la première fois depuis 1977 que le pays réduit de façon significative ses importations en carburant, mettant ainsi un terme à 30 ans de consommation de pétrole étranger en constante augmentation.

La tendance est déjà visible. Sur les trois premiers mois de l’année, la part d’or noir étrangère dans la consommation américaine est tombée à 57,9% contre 58,2% sur la même période en 2007.

Si le plus gros consommateur de pétrole au monde parvient à réduire ses importations, c’est, en partie, dû à l’effet combiné du prix élevé du baril et de la faible croissance économique, qui ralentit la demande. Guy Caruso, de l’US Energy Information Administration, reconnaît également les effets de l’Energy Independence and Security Act, loi promulguée en décembre 2007 et qui prévoit notamment l’augmentation de la production des énergies propres, le développement des biocarburants, la réalisation d’économies d’énergie dans les lieux publics et la construction de véhicules plus économes en carburant. La finalité de cet « Act » est clair : accorder au Etats-Unis une plus grande indépendance en matière d’énergie.

« Accro au pétrole »

La limitation de la dépendance par rapport au pétrole extérieur, est devenu un leitmotiv au pays de l’oncle Sam. Déjà en 2006, George W. Bush déclarait que l’Amérique était « accro au pétrole », souvent importé de régions instables du globe.

Quand on est le premier utilisateur mondial de ce précieux carburant, même avec un repli de la demande, il faut pouvoir soutenir la consommation intérieure. Or, la volonté annoncée de réduire les importations sous-entend qu’il va falloir augmenter la production nationale.

Outre l’Energy Independence and Security Act, qui préconise la production de biocarburants, et en particulier de l’éthanol, les Etats-Unis tablent sur une extraction accrue dans le golfe du Mexique d’ici à 2012.

Restent toutefois quelques obstacles sur la route de « l’indépendance énergétique ». La question du forage de l’Arctic National Wildlife Refuge, une région protégée en Alaska dont le sous-sol est riche en pétrole, continue de faire débat outre-Atlantique. Par ailleurs, l’accélération de la demande en biocarburant risque de maintenir les cours des matières premières comme le maïs à des niveaux élevés.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !