Liste des auteurs

Un article de Christophe Deroubaix paru dans l’Humanité du 9 décembre 2005

Les Nestlé sauvent 182 emplois à Saint-Menet

vendredi 9 décembre 2005 par Christophe Deroubaix
Succès . La multinationale a finalement accepté de conclure un accord avec le repreneur de l’activité chocolat. Mais, la question de la production de café, la plus rentable, reste posée.

C’est désormais officiel : l’odeur de chocolat va continuer de planer sur Saint-Menet. Mardi soir, lors d’une énième table ronde organisée en préfecture, c’est le repreneur, le PDG de Net Cacao, qui a annoncé la bonne nouvelle : « Les conditions d’un accord commercial sont présentes. » Confirmation de Jean-Pierre Carli, directeur général de Nestlé France. La production de chocolat sur l’actuel site Nestlé de Saint-Menet (11e arrondissement de Marseille) devrait donc passer sous pavillon Net Cacao le 1er février 2006. À la clé : la sauvegarde de 182 emplois. « On est passé de zéro à 182, c’est relativement inespéré », s’est aussitôt félicité Christian Frémont, le préfet de région. « Au regard de ce qui nous était promis lors de l’annonce de la fermeture, cela constitue une avancée et une première victoire », apprécie Patrick Candela, secrétaire du syndicat CGT, majoritaire sur le site.

Totalement isolée depuis que le préfet avait jugé, lors de la dernière table ronde le 23 novembre, le projet de reprise « crédible », la multinationale a donc fini par céder, acceptant de conclure un contrat de sous-traitance sur la base de volume allant bien au-delà de ses intentions initiales (lire ci-dessous).

Après dix-neuf mois de mobilisation des salariés, le dossier n’est pas pour autant clos. Les modalités de la reprise ne sont pas encore précisées : cessation ou cession d’activités. « Tout s’oriente vers la cessation, qui ne nous semble pas la meilleure solution », souligne Patrick Candela. Les interrogations des salariés sur les rémunérations et les statuts demeurent même si les dirigeants de Net Cacao ont fait part de leur volonté de maintenir les conditions salariales et sociales. « Nous attendons maintenant un engagement écrit », explique Patrick Candela. Les conseils juridiques des parties concernées (Nestlé, Net Cacao, organisations syndicales) doivent se rencontrer aujourd’hui afin d’éclaircir ce point.

La reprise de l’activité café demeure elle aussi dans l’inconnu, ou plus exactement dans la perspective imposée par Nestlé. Malgré le tir de barrage persistant de la multinationale et le silence du gouvernement sur cette question, les syndicats n’ont pas renoncé à la poursuite de la production qu’ils jugent la plus rentable. « Nous n’en faisons pas un préalable. Mais comme nous avons fait la démonstration de la possibilité du maintien d’une activité industrielle sur le site, nous estimons que cela serait tout autant possible sur le café s’il n’y avait pas d’obstacles », estime Patrick Candela. Les syndicats craignent que le gouvernement et la mairie de Marseille ne décident de « couper la poire en deux », en transformant une partie du site en zone d’activités dédiée au commerce. Si ce scénario s’imposait, cent soixante-dix salariés resteraient sur le carreau tandis que les mesures de départ

en préretraite concerneraient soixante-dix autres salariés. Les syndicats demanderaient alors un « plan social exceptionnel » afin qu’aucun salarié ne soit obligé de pointer à l’ANPE.


Net Cacao : un projet ambitieux

Quand Nestlé a finalement accepté de lever son veto à toute poursuite de l’activité sur son site marseillais, le numéro un mondial de l’agroalimentaire ne se doutait certainement pas que, quelques semaines plus tard, un projet aussi ambitieux naîtrait du processus de reprise. Net Cacao (société créée pour l’occasion par des cadres de l’agroalimentaire en partenariat avec Sucres et Denrées) envisageait en effet de produire 30 000 tonnes de chocolat par an avec planification d’une montée en charge vers 100 000 tonnes et 310 emplois d’ici quelques années. Le tout sur un site estampillé non compétitif par la « pieuvre de Vevey ». Finalement, il semble que l’accord se soit conclu autour de 25 000 tonnes. Cette importante production générera également de l’activité pour le port de Marseille, ce que n’a pas manqué de souligner le président de la chambre de commerce et d’industrie. Le pari (peu risqué, selon de nombreux observateurs économiques) du repreneur réside dans la fabrication de produits semi-finis. Le site de Saint-Menet deviendra le premier et seul centre de production « méridional » de cette matière « intermédiaire », captant ainsi la demande des entreprises du Grand Sud produisant des. C. D.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !