Liste des auteurs

Article de Sébastien Ganet paru dans L’Humanité du 20 septembre 2006

Les affres d’une croissance plus faible en 2007

mercredi 20 septembre 2006 par Sébastien Ganet
Économie . Les conjoncturistes annoncent un ralentissement aux États-Unis. L’embellie du premier semestre pourrait s’avérer précaire.

L’année 2007 devrait être celle du ralentissement. Les conjoncturistes, dans leur ensemble, anticipent - effectivement une moindre croissance mondiale provoquée par l’« atterrissage » de l’économie nord-américaine. Par ricochet, la zone euro devrait être touchée, notamment la France. Le Centre d’observation économique (COE) prévoit pour sa part une hausse du produit intérieur brut (PIB) français de 2,2 % cette année, mais de 1,9 % en 2007. De leur côté, les économistes d’IXIS-CIB anticipaient début septembre une croissance française de 2,1 % sur l’ensemble de l’année 2006, notant qu’« après le très bon résultat du deuxième trimestre, l’activité ralentirait ». Même tonalité au Crédit agricole où les économistes anticipent, eux aussi, une croissance plus faible en 2007 après une forte accélération cette année.

L’embellie constatée au premier semestre 2006 n’aura donc été que de courte durée et la reprise pour les emplois se sera avérée précaire. Si le scénario d’une croissance moindre se confirmait, le débat sur l’évolution des salaires n’en sera que plus aiguisé et les dépenses sociales (santé, retraite etc.) seraient mises au pilori comme jamais. Hier matin encore, à propos des régimes spéciaux, Laurence Parisot, la présidente du MEDEF, appelait les salariés « à faire des efforts » pour assurer leurs retraites.

Le MEDEF et la droite pourraient puiser dans un scénario de ralentissement mondial la justification d’un tour de vis social supplémentaire. Les aspects financiers et monétaires tiendraient ici une place toute particulière. Les économistes tentent déjà d’esquisser les conditions dans lesquelles se fera le ralentissement aux États-Unis. Pour Christian de Boissieu, directeur scientifique du COE, « les banques centrales, notamment asiatiques, ne pourront continuer indéfiniment à financer abondamment les déficits nord-américains ». « L’hypothèse d’une hausse des taux longs aux États-Unis, pour attirer les capitaux privés, n’est alors pas à exclure », estime-t-il. Le COE anticipe même un dollar à 1,33 euro en 2007, ce qui par répercussion priverait la zone euro de sa compétitivité prix et accentuerait la pression sur les coûts. Les conditions de la croissance et de la répartition des revenus dans les entreprises pourraient être les invités surprises du prochain débat électoral.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !