Liste des auteurs

Un article paru seu liberation.fr le 16 janvier 2005

Les dockers unis dans l’eurogrève

lundi 16 janvier 2006
Les syndicats de dockers ont appelé lundi à une grève qui paralyse de nombreux ports européens • Ils protestent contre un projet de libéralisation des services portuaires qui sera examiné mercredi par le Parlement européen •

Les dockers européens mobilisent. Alors que les eurodéputés voteront mercredi sur un projet de libéralisation des services portuaires concocté par la Commission européenne en 2004, de nombreux ports du Vieux-Continent sont paralysés ce matin. D’Anvers en Belgique, deuxième port européen, à Santander en Espagne en passant par le Havre et Fos-sur-Mer en France, les agents de manutention portuaire ont cessé le travail afin de s’opposer au projet de Bruxelles. Bien qu’il ait peu de chances d’être approuvé par le Parlement européen, ce dernier prévoit notamment la possibilité pour les armateurs d’avoir recours à « l’auto-assistance » dans leurs opérations portuaires, autrement dit d’assurer eux-mêmes le chargement et le déchargement de leurs bateaux sans avoir recours aux services des syndicats de dockers, plus ou moins en situation de monopole.

A Marseille, une dizaine de navires, essentiellement des rouliers, étaient bloqués à quai. Selon Antoine Montoya, secrétaire général CGT des dockers de Marseille, « la plupart des compagnies avaient anticipé ce mouvement de grève et ont fait décharger leurs navires ailleurs ou les ont retardés ». Quelque 800 dockers marseillais « sont montés manifester à Strasbourg » pour protester contre le projet de directive, a ajouté le responsable CGT selon lequel toutes les activités, « manutention, exploitation, réparation navale ou pétrole sont bloquées ».

« La grève est totale, rien ne se passe dans les ports belges », a assuré de son côté un porte-parole pour le secteur portuaire du syndicat belge CSC, précisant que l’arrêt de travail n’était prévu que pour vingt-quatre heures. Les opérations de chargement et de déchargement sont arrêtées à Anvers et Zeebrugge où ont transité 35 millions de tonnes de marchandises en 2005. Selon la CSC,quelque 3.000 dockers belges doivent participer à Strasbourg à la manifestation européenne. En Espagne, le mouvement est suivi « pratiquement à 100% » indique un responsable du syndicat UGT, proche des socialistes. Vingt-huit ports du pays sont concernés.

De sources parlementaires, le vote des eurodéputés en première instance, mercredi, pourrait déboucher sur un rejet pur et simple du texte. Les eurodéputés s’étaient déjà une première fois dressés contre les projets de libéralisation des services portuaires en 2003, qui prévoyaient une libéralisation des activités de pilotage, remorquage, amarrage et manutention. Mais l’exécutif européen était revenu à la charge un an plus tard avec une nouvelle version du projet préparée par l’ancienne commissaire européenne aux Transports, Loyola de Palacio.

Partout en Europe, les syndicats pointent les dangers qu’entraînerait cette libéralisation pour le caractère professionnel et la sécurité du travail dans leur secteur d’une part et d’importantes pertes d’emploi d’autre part. Le principe d’auto-assistance a peu de chances d’être retenu à terme, le commissaire européen aux Transports Jacques Barrot comme la commission des Transports du PE (Parti populaire européen, droite, le plus important du parlement) étant d’accord pour l’abandonner. « Nous voulons que cette directive soit coulée, nous ne voulons pas de navires avec des équipages sous-payés, des conditions de travail médiocres et des doutes sur la sécurité », a commenté Willi Piecyk, du Parti socialiste européen (PSE). Les socialistes ont déposé un amendement visant au rejet total du projet de directive en l’état, amendement qui devrait être soutenu par les Verts et la Gauche unitaire européenne (GUE).

Les eurodéputés pourraient renvoyer le texte à la commission des Transports pour essayer à nouveau de trouver un consensus, comme le propose le groupe des libéraux. En 2003, le projet refusé par le Parlement européen avait occasionné plusieurs journées de grève dans les ports européens. La Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) attend 6.000 manifestants à Strasbourg.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !