Liste des auteurs

Article de Grégoire BISEAU, François MUSSEAU paru dans Libération le 30 novembre 2006

Les marchés font tourner l’éolien

jeudi 30 novembre 2006 par Grégoire BISEAU, François MUSSEAU

Hier, il flottait sur la Bourse de Paris comme une vieille odeur de la nouvelle économie de la fin des années 90. Il suffisait d’aller faire un petit tour sur le forum de Boursorama pour retrouver la même excitation fébrile des petits investisseurs, spéculant, cette fois, sur le cours d’introduction en Bourse d’EDF Energies nouvelles (400 salariés et 336 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2005), la petite filiale verte de l’ex-monopole public.

« Gros appétit ». En fin de journée, le cours de l’action de cette grosse start-up de l’éolien et de la biomasse (exploitation de la matière végétale) avait explosé de 20 %. Et ça n’a pas eu l’air d’étonner son patron, Pâris Mouratoglou. « Pendant les road shows, j’ai bien senti qu’il y avait un gros appétit de la part des investisseurs », nous a-t-il confessé hier soir. Sursouscrite plus de 31 fois , cette introduction en Bourse, qui a permis de lever la bagatelle de 500 millions d’euros, a fait souffler un vent d’euphorie sur la Bourse de Paris.

L’autre petit spécialiste français de l’éolien, Theolia, a ainsi vu son cours grimper à la mi-journée de 6 %. Et, déjà, au printemps, l’indice Solar de la société Dow Jones, qui regroupe les plus grandes valeurs dans le domaine de l’énergie solaire, avait pour la première fois dépassé la capitalisation cumulée de 15 milliards d’euros. Alors, résolument verte, la Bourse ?

L’affaire est en tout cas prise au sérieux. « Les acteurs importants du secteur misent résolument sur les énergies renouvelables, comme l’espagnol Iberdrola, qui va créer le troisième groupe européen d’énergie avec le britannique Scottish Power », commente un courtier cité par l’AFP. En termes de stratégie, Iberdrola n’a rien d’une girouette. Depuis cinq ans, le deuxième groupe électrique espagnol a parié sur les énergies renouvelables, et particulièrement sur celles issues des éoliennes. Sur les quelque 4 000 MW de sa puissance installée en énergies renouvelables, presque l’intégralité (3 914 MW) provient des moulins à vent du groupe et de son partenaire Gamesa. Ce qui fait d’Iberdrola un des acteurs les plus ambitieux. Non seulement sa capacité installée a été multipliée par sept depuis 2001, mais l’entreprise basque a la folie des grandeurs avec des prévisions à 10 000 MW pour 2011, soit presque autant que les objectifs du gouvernement Zapatero pour la même année ! Par son mariage avec Scottish Power, le nouveau groupe deviendrait le leader mondial incontesté de l’éolien. Et, une fois fusionnés, les deux groupes auront une capacité de production installée de 6 000 MW.

Système d’aide. Si aujourd’hui produire de l’électricité verte, notamment à partir d’éoliennes, est une affaire rentable, c’est d’abord grâce aux subventions publiques. « C’est le principe même du marché, en Europe comme aux Etats-Unis. Il ne peut exister sans un système d’aides », assure Pâris Mouratoglou. Mais que se passera-t-il dans dix ou quinze ans, lorsque les gouvernements reverront leur copie ? « Pour l’instant, beaucoup de pays, comme la France, sont en retard sur leur objectif de production d’énergie renouvelable. Alors les aides sont plutôt à l’augmentation », poursuit-il. Et, comme un effet domino, la Bourse suit. Logique.


L’aventurier de l’énergie verte

Pâris Mouratoglou est à l’origine d’EDF Energies renouvelables.

A65 ans, le crâne dégarni, le cheveu blanc et le costume sombre, Pâris Mouratoglou, le boss d’EDF Energies renouvelables, n’a a priori pas grand-chose d’un start-upper . Et, pourtant, ce diplômé de Polytechnique, de nationalité grecque, est un accroc de la création d’entreprise. Après deux ans passés en tant qu’économiste chez IBM à la sortie de Polytechnique, il plaque tout et part travailler avec son père architecte dans l’immobilier. Il construit notamment le port de plaisance de Saint-Raphaël (il en est toujours le concessionnaire), celui de Deauville, une tour à Monaco... Bref, il fait des affaires. Mais pas énormément d’argent. A la fin des années 70, il décide de changer de casquette. Va pour la construction de petites centrales hydrauliques. Beaucoup trop petites pour intéresser le mammouth EDF. Il gagne rapidement de l’argent et attrape alors le virus de l’énergie renouvelable.

Mais, on l’avait compris, le Monsieur n’a rien du baba cool soixante-huitard, féru d’économie solidaire et de macramé. Business is business : il part chercher un associé, puis la banque Lazard, et crée sa société Energies. Ensuite, c’est l’emballement, le rêve américain. Il lance une OPA hostile sur le petit groupe Sithe, le retire de la Bourse et le développe. Il devient vite l’un des leaders mondiaux de l’éolien et surtout des petites centrales de cogénération à gaz. En 1992, il revend ses parts et fait une culbute financière. Mais l’homme n’est pas rassasié.

Il repart de zéro à partir d’une petite activité de fabrication de panneaux solaires pour les Dom-Tom. « A l’époque, je ne croyais pas du tout possible d’importer le modèle américain de fermes d’éoliennes en Europe. » Le progrès technique va le faire changer d’avis. Il se met alors en tête d’aller convaincre EDF de développer ce nouveau métier avec lui. Après un an de négociations « difficiles », une filiale commune est créée. En 2000, elle est baptisée EDF Energies renouvelables. Il en est le patron et le principal actionnaire au côté de l’électricien. Avec 1 000 MW installés aujourd’hui un peu partout dans le monde (dont environ 70 % dans l’éolien), la petite entreprise de 400 personnes dit avoir dans ses cartons des projets pour 3 000 MW supplémentaires d’ici 2010. Et, pour l’instant, Pâris Mouratoglou, n’envisage pas une seconde d’abandonner son fauteuil.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !