Liste des auteurs

Thomas Lemahieu | L’Humanité du 07.02.2008

Les négociations paralysées par la crise dans le patronat

lundi 10 mars 2008 par Thomas Le mahieu
Représentativité . Les discussions patinent. Les syndicats y voient les effets des règlements de comptes entre le MEDEF et certaines de ses fédérations.

Désordre de bataille au patronat : les derniers rebondissements dans l’« affaire UIMM » et les spectaculaires règlements de comptes qui les accompagnent sèment la zizanie au MEDEF. Dernier exemple en date, avec la négociation sur la représentativité syndicale qui patine sec : la délégation patronale conduite par Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics, soumet des propositions basiques, demeure volontairement floue sur les noeuds gordiens de la négociation et se contente d’enregistrer les commentaires des représentants syndicaux sans jamais y répondre. « L’ensemble des organisations a interpellé la délégation patronale sur le fait que les événements liés aux rebondissements de l’affaire Gautier-Sauvagnac et de la caisse noire de l’UIMM ne pouvaient pas ne pas avoir de répercussions sur cette négociation », témoigne Pierre-Jean Rozet (CGT).

« La représentativité patronale n’est pas dans mon mandat, rétorque Patrick Bernasconi. C’est de la responsabilité des numéros 1 des organisations. Il y a des rencontres prévues dans les prochains jours, je ne dis pas que le sujet va s’ouvrir, ils verront s’ils donnent une suite. »

Alors que les représentants patronaux ont accepté un « parallélisme de forme » en matière de financement pour les organisations patronales comme pour les syndicats, ils ne veulent pas aller plus loin, malgré leur engagement vertueux en faveur de la « transparence » : « Certifier les comptes ne suffira pas face au problème de caisse noire, estime Michel Doneddu, chef de file de la délégation CGT. Les entreprises devraient publier les fonds et moyens alloués aux organisations de salariés comme d’employeurs. » Pour Philippe Louis (CFTC), « on a franchement l’impression que les divers intervenants patronaux - le MEDEF, les branches, la CGPME et l’UPA - veulent laver leur linge sale en famille. Cela paralyse les discussions ; nous n’avons pas de partenaires autour de la table pour discuter. » Même son de cloche du côté de René Valladon (FO) : « On a très nettement le sentiment que le patronat joue la montre. » Sur le plateau de France 2, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, considère, lui, que « la négociation sur le financement des syndicats doit aussi être une négociation sur le financement des syndicats de patrons, des syndicats d’employeurs ». Et de lancer : « L’affaire de l’UIMM nous oblige à réussir, on ne peut pas rester dans cette suspicion, dans cette mauvaise image que donne le patronat. »

Manifestation. Afin de prôner « une réforme de fond d’un système à bout de souffle totalement obsolète », l’union syndicale Solidaires a, hier matin, organisé un rassemblement de 200 militants devant le siège du MEDEF. « Nous avons demandé à être reçus par le MEDEF et par Raymond Soubie, le conseiller social de Nicolas Sarkozy, indique Annick Coupé, mais nous n’avons toujours pas eu de réponses. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !