Liste des auteurs

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 23.10.06

Les partenaires sociaux vont dresser un état des lieux du marché du travail

lundi 23 octobre 2006

Pour leur première rencontre au sommet en six ans, consacrée à la réforme du marché du travail, dirigeants patronaux et syndicaux se sont mis d’accord pour établir un état des lieux commun, lundi 23 octobre. Ils ont créé trois "groupes de travail" - sur les contrats de travail, la sécurisation des parcours professionnels et l’assurance-chômage. Leurs premiers résultats seront présentés "d’ici la fin du premier trimestre 2007, pour déterminer les étapes suivantes", à savoir l’ouverture d’éventuelles négociations, selon le relevé de conclusions de la réunion, qui a duré environ trois heures au siège du Medef, à l’initiative de la rencontre.

Brocardant une discussion "pas du tout à la hauteur de l’urgence sociale" et "l’ambiguïté des objectifs", Bernard Thibault (CGT) a réservé la réponse de son syndicat sur sa participation aux travaux. "Les organisations patronales veulent afficher qu’elles dialoguent avec les syndicats sans que cela ne les engage", selon lui.

LA PRÉCARITÉ DU TRAVAIL, UN "FIL ROUGE"

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a salué "un premier pas" des partenaires sociaux pour répondre à "un marché du travail qui fonctionne mal et un taux de chômage anormalement élevé". Selon elle, ces "délibérations sociales" doivent aussi démontrer l’existence "d’un champ particulier pour les partenaires sociaux", au moment où le gouvernement va présenter un projet de loi sur le dialogue social et malgré l’entrée dans la campagne électorale.

François Chérèque (CFDT) s’est félicité que sept organisations aient ouvert des "chantiers avec un fil rouge commun : la précarité du travail", même s’il a noté que les trois sujets au menu étaient "très conflictuels". Ainsi en est-il de la remise à plat de l’assurance-chômage pour mieux suivre et indemniser les demandeurs d’emploi : prévue dans l’accord Unedic de fin 2005, elle avait été repoussée après l’invitation du Medef. "La priorité des priorités, c’est l’éradication de la précarité, (...) la sécurisation des parcours professionnels" face à la flexibilité croissante imposée aux salariés, a résumé Jacques Voisin (CFTC). Un tel socle de garanties (formation, retraite, etc.) est souhaité par toutes les centrales. Le Medef s’interroge, lui, sur un contrat de travail unique et sur la possibilité de séparation à l’amiable entre salarié et employeur.

Les partenaires sociaux ont tous refusé d’entrer dans la polémique sur l’abrogation des 35 heures, relancée ce week-end par le gouvernement et le Medef. "Le sujet n’était pas à l’ordre du jour", a souligné Jean-Claude Mailly (FO).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !