Liste des auteurs

Rémi Barroux Le Monde du 29.03.07

Les syndicats de l’ANPE appellent à une grève nationale jeudi

jeudi 29 mars 2007 par Rémi Barroux

Les huit syndicats de l’ANPE appellent les salariés de l’agence à une grève nationale et à une manifestation à Paris, jeudi 29 mars, pour dénoncer "le projet de décret qui modifie le statut de l’ANPE, lui permettant la création de filiales privées".

Le directeur général de l’ANPE, Christian Charpy, qui présentait, mardi 27 mars, le bilan 2006 de l’agence, a déclaré "comprendre cette inquiétude", alors que la perspective de fusion avec l’Unedic est avancée par Nicolas Sarkozy. "Mais je n’ai aucun projet de création de filiale de droit privé", a affirmé M. Charpy.

Confrontée à la concurrence d’organismes privés chargés, comme elle, de reclasser des chômeurs, l’ANPE a mis en oeuvre son propre programme d’accompagnement renforcé.

La coopération avec l’Unedic, qui a certes progressé au cours des derniers mois, semble souffrir encore de certains dysfonctionnements. Le directeur de l’ANPE a reconnu des "difficultés" dans la collaboration entre l’ANPE et les organismes privés chargés par l’Unedic de reclassement de quelque 46 000 demandeurs d’emploi qui présentent des risques de chômage longue durée. Volontaires pour entrer dans le dispositif, ces chômeurs sont orientés vers le privé par l’ANPE.

60 % DU DISPOSITIF FIN FÉVRIER

Un document interne étudié par la direction de l’Unedic, le 21 mars, souligne que "la montée en charge du dispositif n’a pas été toujours optimale". Fin février, les entrées dans le dispositif privé étaient de 4 179 pour la France entière, soit "60 % du dispositif attendu à cette période". Adecco, l’un des organismes, n’aurait reçu que 13 % des "clients" attendus en Midi-Pyrénées et 5 % dans la vallée du Rhône. Certains de ces organismes se sont plaints à l’Unedic de difficultés financières liées à ce retard.

Et l’assurance-chômage de pointer que "cette relation (entre l’ANPE et le privé) est plus complexe" lorsque cohabitent sur le même bassin l’expérimentation privée et l’accompagnement renforcé mis en place par l’ANPE, "Cap vers l’entreprise", et destiné à 46 000 chômeurs présentant le même profil que les candidats à l’expérimentation privée.

La présidente de l’Unedic, Annie Thomas, a confié au Monde que "si rien ne bougeait du côté de l’ANPE, l’Unedic saisirait la commission de suivi de la convention tripartite" (ANPE-Unedic-Etat) présidée par Gérard Larcher, le ministre délégué à l’emploi. Le directeur de l’ANPE a fait valoir, mardi, que "des mesures avaient été prises pour accélérer le flux". Un bilan sera tiré vendredi.

Pour l’heure, les directions des deux piliers du service public de l’emploi préfèrent mettre en avant le travail en commun. Comme la mise en place d’un groupement d’intérêt économique qui rassemble les services informatiques des deux organismes, ou la création de quelque 180 guichets uniques (accueil quasi simultané par l’ANPE et les Assedic du demandeur d’emploi) alors que la convention tripartite fixait un objectif d’un bureau par région, soit 22 à fin décembre 2006.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !