Liste des auteurs

LEMONDE.FR Avec AFP et Reuters | 19.09.07 |

Les syndicats dénoncent une "disparition programmée" du statut de la fonction publique

mercredi 19 septembre 2007

Les réformes de la fonction publique annoncées, mercredi 19 septembre, par Nicolas Sarkozy à Nantes ont suscité de vives réactions de la part des syndicats de la fonction publique.

Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, parle d’un discours "très rétrograde qui ne contient aucun des vrais leviers pour la réforme", notamment la formation, "parent pauvre" de l’allocution qui n’a été citée qu’une fois. "Il va falloir qu’on mobilise et il faudra débattre de la question de la grève (...). Je ressens beaucoup de mécontentement. Cela va à l’encontre de tout ce qu’on pouvait souhaiter pour la fonction publique", a-t-il ajouté.

A l’UNSA Education, on estime que les annonces de Nicolas Sarkozy s’apparentent à une disparition "programmée" et à la création d’une "nouvelle fonction publique à deux vitesses".

Pour Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière, "on rentre dans un système qui est une amorce de privatisation de la fonction publique". "On a franchi un cran supplémentaire très fort dans l’attaque frontale contre la fonction publique, et pour la CGT il y a là un casus belli", a déclaré Jean-Marc Canon, de la CGT-Fonctionnaires.

UNE STRATÉGIE COMMUNE

La rédaction est plus mesurée du côté de la CFDT. Pour Eric Fritsch, de la CFDT-Fonctionnaires, le président de la République"prend soin de ne pas agresser les fonctionnaires mais on a à la fois du chaud et du froid dans les annonces". "On n’a pas de tabou sur la situation des salariés. Ce qu’il faut c’est préserver l’intérêt des personnels, il ne faudrait pas qu’on bascule vers la privatisation", ajoute-t-il.

Les huit fédérations syndicales de la fonction publique ont prévu de se retrouver vendredi pour arrêter une stratégie commune, juste après une réunion avec le ministre Eric Woerth, au sujet des conférences sociales sur la fonction publique qui s’ouvrent au mois d’octobre. Les partis de gauche ont également dénoncé les déclarations du président de la République. Pour Christian Martin, secrétaire national du Parti socialiste à la fonction publique, les propositions de Nicolas Sarkozy équivalent au "démantèlement progressif du statut de la fonction publique". Au Parti communiste, on dénonce "une frénésie liquidatrice".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !