Liste des auteurs

Reuters - lundi 10 octobre 2005 (20:42)

Les syndicats quittent la réunion du CA de la SNCM

mardi 11 octobre 2005

MARSEILLE - Les syndicats de la Société nationale Corse-Méditerranée (SNCM) ont quitté la réunion du conseil d’administration de la compagnie maritime pour signifier leur désaccord avec le plan de sauvetage proposé par le gouvernement.

"On assiste au diktat de l’Etat. Il n’y a qu’un plan, c’est le sien. Dans ces conditions, on a préféré quitter la salle", a déclaré Bernard Marty, secrétaire CGT du comité d’entreprise, qui a un statut d’observateur au CA.

"Il est hors de question qu’il n’y ait qu’un chemin pour éviter le dépôt de bilan, celui de M. (le ministre de l’Economie Thierry) Breton. Le plan ne se fera pas sans les salariés", a-t-il ajouté au terme de quatre heures de discussion à la préfecture de Marseille.

Le dépôt de bilan n’a pas été prononcé lundi, mais des menaces continuent à peser sur la SNCM, a prévenu la direction de la compagnie qui perd de l’argent depuis des années.

"A défaut d’une reprise de l’exploitation et de la mise en oeuvre du projet, la cessation de paiement serait inévitable avant la fin de la semaine", a prévenu Bruno Vergobbi, président de la SNCM.

"Nous avons voté une résolution sur un projet qui nous permet d’éviter le dépôt de bilan. Nous n’avons pas porté de jugement de valeur", a rapporté Sixte Ugolini, ancien bâtonnier de Marseille et président de l’amicale des Corses de Marseille, qui siège au conseil d’administration.

Les syndicats, qui avaient déjà quitté la salle de réunion, n’ont pas participé au vote sur ce projet.

De l’avis de Patrick Oheix, administrateur de la SNCM, "aller au dépôt de bilan est de la responsabilité de l’Etat".

"NOUS AVONS DEJÀ EVOLUE, L’ETAT NON"

Le dernier schéma financier proposé par le gouvernement prévoit que l’Etat conserve 25% du capital de la SNCM et que les salariés prennent 9%. Le solde serait partagé entre le fonds d’investissement Butler Capital Partners (38%) et la Connex, filiale de Veolia Environnement (28%).

Les syndicats souhaitent qu’une partie du capital soit confié à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), ce qui permettrait de laisser la compagnie dans le giron public.

Le plan gouvernemental a de nouveau été présenté lundi matin aux syndicats lors d’une réunion en présence de Thierry Breton et du ministre des Transports, Dominique Perben.

Pour la CGT, majoritaire à la SNCM, la poursuite du conflit est due à l’intransigeance du gouvernement.

"lls essaient de passer en force. On est d’accord pour que l’Etat soit à 25% du capital, d’accord pour que la Connex participe à la reprise mais nous souhaitons en complément la présence de la Caisse des dépôts et consignations. Ils ne veulent pas en discuter", a rapporté Patrick Oheix.

"Nous souhaitons que d’ici la fin de la semaine, l’Etat reprenne la main. La porte n’est pas fermée", a-t-il ajouté.

Pour Jean-François Coti, délégué CGT, le vote intervenu lundi au CA "n’est pas de nature à apaiser les esprits, au contraire, c’est de la provocation".

"Nous ne sommes pas obtus, nous avons déjà évolué, l’Etat, non", a-t-il déploré.

Les salariés de la SNCM ont reconduit lundi leur grève qui dure depuis 20 jours . Un comité d’entreprise est programmé mardi à 10h00 au siège marseillais de la compagnie.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !