Liste des auteurs

Lettre d’information du Président du comité de Coordination des Cmcas, du 10 mars 2005

dimanche 20 mars 2005 par Patrick Decarlis
Lettre ouverte aux Présidents
- UFE
- UNEMIG
- EDF
- GDF
- Au SGE

Messieurs les présidents,

La session du Comité de Coordination réunie les 02 et 03 février,l’Assemblée Générale des CMCAS réunie le 15 février, de nombreuses CMCAS, se sont adressées à vous concernant la situation du Régime Complémentaire Maladie des IEG.

Depuis, c’est le silence radio absolu. Oubli ou mépris ?

e vous rappelle que malgré les dispositions iniques que vous avez prises unilatéralement, les CMCAS seront dans l’incapacité d’assurer la continuité des remboursements maladie aux bénéficiaires. Ceux ci subiront des retards entre mars et avril. Les financements ont été insuffisants durant ces vingt dernières années, nous l’avons rappelé à de multiples reprises. L’évolution des besoins de santé en conséquences des avancées scientifiques dont les salariés aspirent justement à bénéficier et les diminutions consécutives des prises en charge par la Sécurité Sociale ont creusé notre déficit.

A la suite du rejet par trois fédérations syndicales, ainsi que par une très grande majorité du personnel, de l’accord issu des négociations de la fin de l’année 2004, vous avez décidé unilatéralement, avec la complicité du Gouvernement, de promulguer deux décrets reprenant l’essentiel des revendications patronales exprimées durant cette négociation. Rien n’y figure qui satisfasse un tant soit peu les attentes des électriciens et gaziers concernant leur couverture maladie complémentaire.

La mise en oeuvre des ces dispositions réglementaires est douloureuse pour l’ensemble des bénéficiaires et coûteuse pour les CMCAS.

Le recul très significatif de la contribution patronale au financement de la protection sociale dans les IEG et notamment la disparition totale de cette contribution pour les agents en inactivité de service conduit à une inflation brutale des cotisations des salariés.

Les dispositions techniques que vous avez prévues dans ces textes avec l’obsession de diminuer considérablement dans le temps le financement par les employeurs du dispositif de protection sociale dans les IEG balaie brutalement un acquis historique qui permettait à tous les salariés actifs et inactifs de nos industries de bénéficier d’un juste retour des richesses qu’ils contribuent à créer avec beaucoup de dévouement.

Certes, les accords soumis à la signature des fédérations syndicales actaient des avancées intéressantes pour les salariés. S’ils ont rejeté cet accord, c’est qu’ils n’acceptent pas votre volonté de ne plus vouloir considérer les agents en inactivité de service comme bénéficiaires d’une part des richesses créées dans les entreprises, de vouloir déshumaniser le dispositif de proximité qui permet d’organiser du liant social entre les individus de nos entreprises. En résumé, c’est la solidarité qui est au coeur des salariés et c’est votre inhumanité libérale qui a été condamnée.

Au lieu d’entendre ce cri du coeur, vous avez choisi la voie brutale de l’autoritarisme.

Peut être est-il encore temps de rattraper ce mauvais sentiment et de reprendre une négociation en considérant avec un peu plus d’attention les attentes des salariés que portent les représentants syndicaux.

C’est avec l’espoir d’une reprise « positivement sociale » de ces négociations, qui doit nécessairement avoir lieu, que je vous invite à apporter une réponse à nos précédentes interpellations afin que les salariés de nos industries ne souffrent pas d’attentes dans leurs remboursements maladie complémentaires.

Patrick Decarlis

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !