Liste des auteurs

Journal de Saone et Loire, le 05.01.2013

Lucy 3 : interminable bras de fer

lundi 14 janvier 2013
Décembre 2012. La fermeture définitive de Lucy 3 est prévue au 31 mars 2014.

Alors que l’actionnaire précédent avait promis la construction d’une nouvelle centrale cycle combiné gaz à Montceau (le permis de construire ayant même été délivré), le groupe E. On France n’a jamais eu l’intention d’investir dans les vieilles installations électriques de la Snet (thermique à flamme) .

En juin 2011, prétextant que « leur maintien en activité remettrait en cause la performance de l’entreprise à partir de 2013 », E.On décide l’arrêt anticipé de cinq tranches anciennes (dont celle de Montceau qui date de 1971) et la suppression de 535 postes (67 à Montceau). Les syndicats qui tablaient sur une fermeture au 31 décembre 2015 (selon la législation environnementale européenne sur les grandes installations de combustion) prennent ce plan de restructuration comme un coup de massue, notamment parce que la nouvelle direction s’était engagée, au cours du 1 er trimestre 2010, à maintenir les sites en fonctionnement jusqu’en 2015. En novembre 2011, un accord d’entreprise est finalement signé avec les organisations syndicales pour approfondir la situation économique site par site, en considérant d’éventuelles solutions alternatives à la fermeture des unités de production. En avril 2012, les experts indépendants (Secafi et IED) remettent leurs rapports alors que les salariés investissent le CCE à Paris. En août 2012, l’entreprise française Sparkling capital fait une proposition de reprise en s’appuyant sur le groupe américain Wamar pour investir. E.On assure de son côté que l’offre n’est pas crédible. En septembre 2012, au regard de la synthèse des experts, E.On établit un nouveau projet de réorganisation : 215 postes supprimés et pour la tranche de Lucy 3, une fermeture au 31 mars 2014.

Face à l’abandon de ces outils industriels, les politiques s’en mêlent : le ministre du Redressement productif souhaite une « mission sur l’avenir des centrales à charbon », non effective à ce jour. En décembre 2012, une réunion est organisée à Mâcon sous l’égide du préfet, sur l’avenir de Lucy 3 : la Région, le conseil général, la Ville de Montceau, les syndicats et les experts indépendants plaident pour une poursuite de l’activité jusqu’en 2015. L’entreprise, quant à elle, ne bouge pas de sa feuille de route.

Se dirige—t-on vers un Mittal de l’énergie ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !