Liste des auteurs

Anne Michel | Le Monde du 14 juin 2007

M. Sarkozy demande un plan d’action de l’industrie financière

jeudi 14 juin 2007 par Anne Michel

La table ronde sur le secteur financier organisée à l’Elysée, mardi 12 juin, a été rapidement menée : en 1 h 30, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy, accompagné de son ministre de l’économie, Jean-Louis Borloo, a accueilli les 16 principaux banquiers, assureurs et gestionnaires français, écouté leurs propositions pour financer la croissance et l’emploi, et jeté les bases d’un "plan d’action de l’industrie financière".

"L’industrie financière, qui emploie plus de 750 000 salariés en France, joue un rôle essentiel pour le financement de l’économie et la compétitivité de nos entreprises", explique-t-on à l’Elysée.

Le futur plan d’action que M. Sarkozy annonce pour l’automne devra répondre à trois objectifs : ouvrir l’accès au crédit aux personnes qui en sont aujourd’hui exclues en raison de revenus irréguliers, dans le but notamment de faciliter l’accession à la propriété (Le Monde du 30 mai) ; améliorer le financement des entreprises, et plus particulièrement des PME ; et renforcer la compétitivité de la place de Paris, face à la prééminence de Londres.

Mardi soir, sur le perron de l’Elysée, les professionnels de la finance, dont plusieurs glissaient "connaître personnellement M. Sarkozy", avaient le sourire. "La méthode est bonne, pragmatique et fondée sur le dialogue. Nous n’avons pas reçu d’injonction mais une invitation ferme à agir et proposer de la part d’un président qui donne le La, juge Daniel Avis, le président de la Matmut et du Gema (Groupement des entreprises mutuelles d’assurances). C’est le même homme que nous avons pratiqué au ministère de l’économie." Et de poursuivre : "M. Sarkozy nous a expliqué qu’il avait un mandat et nous, les outils pour agir. Nous prendrons nos responsabilités !"

"MANAGEMENT PARTICIPATIF"

Patrick Sayer, le président de l’AFIC (Association française des investisseurs en capital) se dit également satisfait par cette première prise de contact : "Je connais Nicolas Sarkozy depuis vingt-cinq ans, il a une puissance d’écoute considérable et une étonnante simplicité d’approche. Nous lui soumettrons des propositions conformes à ses objectifs, comme de favoriser l’investissement boursier dans les PME innovantes ou d’instaurer des quotas pour les PME dans les marchés publics."

De leur côté, et sans grande surprise, les banquiers parlaient d’une première réunion prometteuse. "Il est habile d’inviter les professionnels de la finance à faire des propositions, dit l’un d’entre eux. Dans le monde de l’entreprise, on appelle cela du management participatif." Tandis que le patron de BNP Paribas Baudouin Prot qualifiait l’échange d’"utile et ouvert", le président de la Fédération bancaire française, Charles Milhaud, évoquait "des orientations fortes, susceptibles de se retrouver dans des engagements par la suite".

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !