Liste des auteurs

LExpansion.com du 3 janvier 2006

Madrid empêtré dans l’imbroglio Gas Natural/Endesa

mercredi 4 janvier 2006

Submergé d’avis consultatifs contradictoires après que le tribunal de la concurrence espagnol s’est prononcé contre la commission nationale de l’énergie, le gouvernement a un mois pour dire oui ou non à cette fusion à 22,5 milliards d’euros.

L’une a dit oui, mais l’autre a dit non. Alors que la Commission nationale de l’énergie espagnole avait validé sous conditions il y a une dizaine de jours le projet d’OPA hostile de Gas Natural sur son compatriote Endesa, le tribunal national de la Concurrence (TDC) a jugé le contraire aujourd’hui mardi, bien que l’on ignore à l’heure actuelle les raisons qui ont pu motiver son veto. Seule certitude dans cet imbroglio : le collège d’experts du TDC avait, lui, donné son aval au préalable. Ce qui tend à prouver la complexité du dossier et ses ramifications politiques.

Techniquement parlant, le TDC a rejeté ledit projet par six voix contre trois, au terme visiblement d’âpres discussions. C’est que l’instance est contrôlée par des sympathisants du Parti Populaire, aujourd’hui dans l’opposition et franchement opposé à l’opération. Or, la presse hispanique s’est plu à rapporter que le patron d’Endesa était lui-même un bailleur de fonds du parti de droite. De son côté, ce dernier avait rappelé auparavant que la caisse d’épargne catalane, la puissante Caixa, principal actionnaire de Gas Natural, avait fait grâce d’une importante créance au Parti socialiste catalan. Match nul ?

Fort de ce double avis contradictoire mais il est vrai purement consultatif, Madrid a désormais un mois pour trancher cette épineuse question énergétique à 22,5 milliards d’euros qui ne cesse d’empoisonner depuis quatre mois déjà la vie politico-économique au-delà des Pyrénées.

Le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero se retrouve surtout en première ligne depuis que Bruxelles, saisi par Endesa, s’est déchargé du dossier. La Commission européenne a considéré en effet que cette fusion 100% espagnole ne relevait pas du périmètre communautaire puisque les deux tiers du chiffre d’affaires des deux entités étaient réalisés en Espagne. De sorte que le premier électricien du pays n’a eu alors d’autre choix que de se tourner vers la seule autre instance susceptible de bloquer le processus : la CEJ.

Seulement, la Cour européenne de justice tarde aussi à rendre sa décision. La presse ibérique allant même jusqu’à évoquer le mois d’avril. Or le recours d’Endesa n’étant pas suspensif, Gas Natural aura à cette date en principe bouclé sa fusion, programmée pour la mi-mars.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !