Liste des auteurs

Un article de Pascal VIROT paru dans Libération le 9 mars 2006

Même la droite commence à douter du CPE

jeudi 9 mars 2006 par Pascal VIROT
Dans la foulée d’Hervé de Charette, un proche de Sarkozy, des interrogations s’expriment • Jusqu’au sein du gouvernement, à l’image de Jean-Louis Borloo • Tout cela alors que le CPE a été adopté jeudi par le Parlement.

La droite serait-elle en train de vaciller ? Certes, le Parlement a définitivement adopté jeudi matin le contrat première embauche (CPE) contenu dans le projet de loi sur l’égalité des chances. Mais la majorité commence à être assaillie de doutes. Le premier à demander, mercredi, « la suspension » du CPE a été le député (UMP) du Maine-et-Loire, Hervé de Charette, proche du ministre de l’Intérieur. Ce qui lui a valu une sèche mise au point du président du groupe UMP au Sénat, Josselin de Rohan qui croit voir la main des sarkozystes dans une tentative de déstabilisation du Premier ministre.

Jeudi, Rohan a adressé une lettre à Sarkozy, pour exprimer son « indignation » face aux déclarations de Charette. Il lui a demandé « de désavouer les propos de ce parlementaire qui, même isolé, porte atteinte à la majorité et à son combat pour l’égalité des chances ». Pour tenter de calmer les choses, François Fillon, conseiller politique de Nicolas Sarkozy à l’UMP, a assuré que son parti « doit se montrer solidaire du gouvernement ».

Mais au-delà de ces bisbilles qui traduisent une certaine gêne, le scepticisme gagne les rangs les plus hauts, jusqu’au gouvernement. Jeudi matin, Jean-Louis Borloo lui-même, censé porter le texte « égalité des chances » a exprimé son incertitude à propos du CPE : « Dans ce genre de chose le doute n’est pas une marque, forcément, d’imbécillité », a-t-il remarqué sur RTL. Il n’a pas voulu se prononcer sur la suspension du contrat première embauche, répondant de manière sibylline : « Pour l’instant on en est d’abord à expliquer et ensuite à essayer de répondre aux interrogations complémentaires ».

Le benjamin de l’Assemblée nationale, Laurent Wauquiez (UMP, Haute-Loire). Au micro de France Info, il a suggéré une expérimentation du CPE, avec « une clause de rendez-vous dans six mois ». Il a aussi exprimé ses « réserves », soulignant qu’à ses yeux, il n’est pas « la solution miracle ». « Il y a des députés UMP qui se disent : ”Est-ce que c’est vraiment le bon choix, est-ce que c’est ça qu’il faut faire ?” Mais en même temps, il y a quand même une mobilisation et le sentiment qu’on a envie de continuer à faire des choses, à faire avancer les choses. » La foi du charbonnier ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !