Liste des auteurs

Lucy Bateman | L’Humanité du 12 juin 2007

Mobilisation contre la franchise médicale

mercredi 13 juin 2007 par Lucy Bateman
Santé . Médecins, associations d’usagers, syndicats lancent un appel pour obtenir l ’abandon de cette taxe sur les soins que le gouvernement veut instaurer.

La riposte s’organise contre le projet du gouvernement d’instaurer, dès 2008, quatre franchises sur les remboursements médicaux. Alors que la pétition a déjà recueilli près de 45 000 signatures, une quarantaine d’organisations, associations de médecins, d’usagers, syndicats de salariés, organisations de défense des droits de l’homme, se sont associées à un appel contre la franchise sur les soins. Lancé par l’Union syndicale de la psychiatrie, le COMEGAS (Collectif des médecins généralistes pour l’accès aux soins), le Syndicat de la médecine générale et Sud Santé, il entend alerter l’opinion. « Nous, soignants, pensons que nous sommes face à une chronique de morts annoncées, évitables », a averti hier lors d’une conférence de presse Didier Menard, président du Syndicat de la médecine générale et généraliste à la cité du Franc-Moisin, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Culpabilisation des malades

« Appliquer une franchise, c’est l’inverse d’une politique cohérente de santé publique, explique le texte de l’appel. C’est dissuader les patients de se faire soigner pour des maladies apparemment peu sévères mais qui, faute de soins, risquent de s’aggraver. C’est les inciter à reporter à plus tard les actes de prévention. C’est rendre impossible la pratique du tiers payant, alors que celui-ci est nécessaire pour l’accès aux soins des plus modestes. » Enfin, c’est économiquement inefficace : « Les forfaits mis en place ces dernières années n’ont pas empêché l’accroissement des dépenses de soins. La franchise est surtout faite pour réguler les remboursements. » Le gouvernement n’a pas exclu en effet de faire varier le montant de la franchise en fonction de l’ampleur du déficit de la Sécurité sociale. Pour les signataires de l’appel, le discours sur la responsabilisation cache une « culpabilisation », qui s’appuie sur « la suspicion de l’autre » qui « profiterait » et « abuserait » de la protection sociale.

« Qu’est-ce qu’un malade responsable », s’est interrogé Philippe Foucras, membre du COMEGAS. « Être responsable lorsque l’on est souffrant et malade, c’est d’abord se soigner, le mieux et le plus vite possible, pour pouvoir continuer à assumer ses responsabilités de parent, de citoyen, de salarié. [...] Être responsable, pour un décideur sanitaire ou politique, c’est organiser le système de soins pour que le moins d’obstacles possible se dressent pour permettre à ces citoyens affaiblis de retrouver un état de santé compatible avec l’exercice de leurs devoirs de citoyens. » Faire le contraire, c’est préparer des maladies plus graves, plus longues et plus chères pour la collectivité. Bref, pour ce médecin, c’est faire preuve « d’irresponsabilité et d’incompétence ».

500 euros par an de frais

Jean-Pierre Martin, responsable de l’Union syndicale de la psychiatrie, est psychiatre dans un centre d’accueil de crise permanent à Paris. Il estime que « la culpabilisation des malades aggrave les difficultés d’accès aux soins pour des patients qui vivent déjà leur situation avec de la culpabilisation et de la honte ». Depuis deux ans, les centres d’accueil et les centres médico-psychologiques sont surchargés, car les patients ne vont plus dans le privé faute de pouvoir payer les consultations. Jean Vignes, infirmier psychiatrique et représentant de Sud santé sociaux, estime qu’une « famille avec deux enfants sans problèmes de santé particuliers devra débourser en moyenne 500 euros par an en frais direct pour sa santé ». « La part des frais pris en charge par les patients a explosé ces dernières années : le forfait hospitalier de 16 euros par jour, le forfait de 1 euro sur les consultations, celui de 18 euros sur les actes lourds, les dépassements d’honoraires, la banalisation des déremboursements, la part payée sur les prothèses, sur les transports médicaux, sans parler des pénalités infligées en cas d’erreurs de parcours de soin. Or l’universalité de l’accès au soin est un fait de civilisation . ».


« Nombre de patients ne peuvent plus avancer les 21 euros de la consultation »

Mady Denantes, médecin généraliste à Paris, membre du Comité des médecins généralistes pour l’accès aux soins, déplore la situation faite aux plus démunis.

« Des patients qui repoussent des examens urgents pour des raisons financières, nous en voyons au quotidien. Certains ne peuvent plus avancer les 21 euros de la consultation, ou le ticket modérateur. Pour ceux qui n’ont pas de mutuelle - et qui sont, de fait, déjà soumis à une franchise - le forfait hospitalier est exorbitant : hors de l’hôpital, ils ne dépensent pas 17 euros par jour pour se loger et se nourrir. Les personnes qui ont une mutuelle sont aussi touchées car celle-ci ne couvre pas tout. Lorsque nous prescrivons des actes lourds, certains de nos patients ne les réalisent pas. Or l’examen déclenche un diagnostic qui, lui-même permet, si besoin, d’entrer en affection de longue durée et d’être pris en charge à 100 %. Un de mes malades a réussi à se sortir de longues années de galère mais présente une altération de son état général, avec un amaigrissement et une toux. Il se peut qu’il ait une tuberculose ou un cancer. Je lui ai prescrit une radio des poumons, qu’il ne passe pas parce qu’il ne peut pas payer les 10 euros non pris en charge par la Sécu. D’autres repoussent une coloscopie qui va permettre de dépister des cancers qui, pris à temps, seront soignés. Ces retards de soins coûtent beaucoup plus cher à la Sécurité sociale. Pense-t-on par exemple au nombre de personnes qu’un tuberculeux va contaminer dans le métro ? À terme, ces petites économies nous interdisent de faire notre métier. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !