Liste des auteurs

Une déclaration de la FNME CGT

Ne laissons pas les ministres de l’énergie décider sans nous !

vendredi 25 novembre 2005 par FNME-CGT

Le 1er décembre se réunissent les ministres de l’énergie à Bruxelles avec pour ordre du jour le bilan de la mise en oeuvre des directives constituant le marché intérieur de l’électricité et du gaz.

Le bilan de la commission est sans appel, pas assez de concurrence, tue la concurrence !!!

M. Andris Piebalgs, membre de la Commission chargé de l’énergie, a déclaré avec insistance : “les États membres doivent mettre en oeuvre rapidement et intégralement les directives sur le gaz et l’électricité, non seulement dans la forme mais aussi sur le fond. La Commission maintiendra sa pression sur les États membres afin qu’ils appliquent les mesures indispensables pour atteindre un niveau plus élevé de croissance et de compétitivité en Europe. Si tel n’est pas le cas, des mesures plus radicales s’imposeront”.

Mme Neelie Kroes, membre de la Commission chargé de la concurrence, a, quant à elle, déclaré : “L’énergie est essentielle à la compétitivité économique de l’UE. Pourtant, nous avons constaté de graves dysfonctionnements. Aussi suis-je déterminée à recourir au droit de la concurrence pour protéger les entreprises et les consommateurs européens.”

Il n’est pas besoin d’être devin pour imaginer ce que les ministres vont décider, nécessité de séparer totalement les activités de transport, production et distribution, ouverture totale des marchés en juillet 2007, nécessité de développer les interconnexions dont on ne sait pas qui pourrait les financer !!!

Alors qu’industriels, usagers, scientifiques s’interrogent sur l’opportunité d’aller plus loin dans la déréglementation, les ministres risquent de décider d’accélérer le processus.

Hausse des prix, dégradation du service public, sous investissement, baisse des budgets de recherche, dépendance qui s’aggrave, désoptimisation des entreprises intégrées, suppression et précarisation massives des emplois, affaiblissement des garanties sociales, atteinte à l’environnement, voilà en résumé les conséquences de la déréglementation en europe.

C’est pourquoi la FNME, quant à elle, revendique un moratoire et la réalisation d’un véritable bilan permettant de mesurer précisément les conséquences des mesures mises en oeuvre depuis 15 ans dans les différents pays, conséquences en matière de qualité de service, de proximité, de tarifs, d’investissements, d’emploi, de sécurité d’approvisionnement.

A l’appel de la Fédération européenne des Services Publics, la FNME invitent ses syndicats à envoyer des délégations à Bruxelles le 1er décembre. D’ores et déjà, plusieurs organisations ont annoncé qu’elles seraient présentes (UNISON, VeRDI,...).

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !