Liste des auteurs

Jean-Pierre Tuquoi | Le Monde du 6 avril 2007

Nucléaire : l’exploitation très critiquée de deux mines d’uranium d’Areva

vendredi 6 avril 2007 par Jean-Pierre Tuquoi

"Désastre sanitaire et environnemental." "Graves manquements aux obligations élémentaires de l’entreprise." "Sérieux problèmes de santé." Le comportement du groupe nucléaire français Areva a fait l’objet d’accusations graves, mercredi 4 avril, lors d’une conférence de presse organisée à Paris par Sherpa, une association internationale de juristes, et d’autres ONG. L’affaire concerne l’exploitation de mines d’uranium au Niger et au Gabon, et ses conséquences sanitaires (inhalation de particules ou de gaz radioactifs) et environnementales (déversement de boues radioactives dans la nature).

Au Gabon, où une filiale d’Areva a exploité jusqu’à sa fermeture en 1999 la mine de Mounana, le personnel "a supporté une exposition disproportionnée en toute connaissance de cause de la part de l’entreprise", affirme le rapport d’enquête rendu public mercredi par Sherpa. Ce document a été réalisé avec le concours de Médecins du monde et la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité.

Sur la base d’une centaine d’entretiens réalisés sur place et de près de 500 réponses à des questionnaires écrits, le texte conclut que "personne parmi le personnel n’était véritablement informé des risques liés à (l’)activité minière". Une "culture du secret (a été) développée par Areva", ajoute le rapport.

Le constat n’est guère différent à la mine d’Arlit, au Niger - toujours en exploitation -, sur laquelle pèserait "un climat d’omerta et de crainte". "Les mesures de protection n’ont pas été à la hauteur des risques importants encourus par les travailleurs", dit l’enquête publiée mercredi. Ses auteurs ajoutent que les deux filiales d’Areva au Niger "le savent et se sont efforcées de faire en sorte que ne puisse, en aucun cas, être établi un quelconque lien entre le défaut de protection et l’apparition de certaines pathologies".

PRENDRE SES RESPONSABILITÉS

"L’état-major d’Areva doit prendre ses responsabilités", a conclu le président de Sherpa, William Bourdon. Des actions judiciaires sont à l’étude et, pour éviter qu’elles se concrétisent, l’association a invité Areva à "indemniser intégralement" les personnes victimes d’un préjudice.

Dans un communiqué publié à l’issue de la conférence de presse, Areva a rappelé avoir entrepris des démarches pour créer un observatoire de la santé autour de ses mines, "notamment en Afrique". Le groupe a souligné que le site gabonais avait fait l’objet d’un réaménagement "conforme aux standards internationaux" et qu’une "veille sanitaire" y était prévue.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !