Liste des auteurs

Yves housson | L’humanité du 12 janvier 2007

Pas d’accord avec le COR

vendredi 12 janvier 2007 par Yves Housson
Retraites . CGT et FSU récusent un allongement supplémentaire de la durée de cotisation préconisé par le Conseil d’orientation des retraites.

Le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR), préconisant un nouvel allongement de la durée de cotisation à partir de 2009 en guise de - solution au problème du financement, a été fraîchement accueilli. Visiblement peu enclin à porter une telle préconisation à quelques semaines des élections, le premier ministre lui-même, à qui le document a été remis officiellement hier, s’est montré peu disert sur le sujet. Dominique de Villepin s’est contenté de mettre l’accent sur l’emploi des seniors, « un paramètre clef de la réforme ».

Du côté des syndicats, seule la CFDT a émis une réaction de tonalité positive, parlant d’un « bon diagnostic », jugeant que la réforme de 2003 a « globalement produit les effets escomptés ». Quant aux préconisations, en particulier l’allongement de la durée de cotisation, la centrale de François Chérèque se borne à juger que le rapport « ouvre des perspectives » et renvoie à ses futures propositions en cours d’élaboration « avec (ses) militants ».

La CGT, par la voix de Jean-Christophe Le Duigou, récuse le durcissement des conditions d’accès à la retraite dans la situation actuelle de l’emploi et - remarque que l’allongement de la durée de cotisation « n’a nullement permis de relever le taux d’activité » des seniors, dont M. de Villepin feint de se soucier.

La FSU « rejette » également les - propositions du COR, notant qu’elles - répondent à la même « logique » que les réformes de 1993 et 2003, « fondée sur un refus d’accroître les financements des - régimes », et aboutissent à faire de la baisse des pensions « la variable d’ajustement ». Le syndicat dirigé par Gérard Aschiéri rappelle sa demande « d’abrogation » de la loi Fillon et des décrets - Balladur-Veil de 1993.

L’UNSA réclame « l’arrêt de la - dégradation du niveau » des pensions et « réaffirme son attachement au droit à la retraite à soixante ans à taux plein ». - Enfin, FO juge « pas acceptable » une hausse de la durée de cotisation, tandis que, pour la CFTC, une telle mesure devrait en tout état de cause être « précédée d’un engagement ferme des entreprises à négocier sur le déroulement de la seconde partie de carrière de leurs salariés ».


Devoir de débattre

Le rapport du COR a au moins un mérite et il est de taille : en voulant tracer la feuille de route de celui ou de celle qui remportera l’élection présidentielle, ses auteurs contribuent à mettre la question des retraites au coeur du débat électoral. L’avenir à reculons qu’ils dessinent, le recul de civilisation qu’ils préconisent méritent au moins une expertise sérieuse et contradictoire. « On va devoir travailler plus », tranchait hier à la une le Parisien. Travailler plus longtemps pour gagner moins, selon la logique de Nicolas Sarkozy. Le MEDEF l’affirme crûment : « L’effort de maîtrise des dépenses de retraite ne peut reposer sur les seuls actifs. Il doit être partagé avec les retraités qui bénéficient des gains d’espérance de vie. » En d’autres termes, les salariés, après quarante ans de travail, devraient se contenter de vivre plus longtemps que leurs grands-parents et mettre la main au porte-monnaie. Car il doit être clair, pour le MEDEF et la droite, qu’il ne saurait être question de mettre à contribution les profits financiers. La compétition électorale est l’occasion privilégiée d’une confrontation sur les moyens que la société veut mettre en oeuvre pour assurer le financement solidaire des pensions. Encore faudrait-il que tous les candidats s’expriment et acceptent d’en débattre entre eux, devant les citoyens. Or le couple favori des sondages a visiblement choisi une concurrence d’images, évitant soigneusement les échanges, entre eux et avec les autres candidats. Le droit au logement, les retraites... les unes après les autres les préoccupations des Français s’expriment, et la caravane publicitaire politico-médiatique passe, sans se retourner. Il n’est pas sûr que les citoyens se satisfassent longtemps d’une campagne moins participative que jamais.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !