Liste des auteurs

Un article de Jean-Michel Caroit paru dans Le Monde du 7 juin 2006

Pétrole : le Mexique cherche à contrer le Venezuela

mercredi 7 juin 2006 par Jean-Michel Caroit
Menacés d’asphyxie par la hausse des cours du pétrole , les petits pays d’Amérique centrale et des Caraïbes jouent de la rivalité entre le Venezuela et le Mexique , leurs deux grands voisins exportateurs d’hydrocarbures.

Les présidents mexicain, Vicente Fox, et colombien, Alvaro Uribe - deux alliés des Etats-Unis - ont ainsi confirmé, samedi 3 juin, la construction d’une raffinerie en Amérique centrale visant à réduire le coût des produits pétroliers dans la région. "Ce sera l’investissement le plus important dans l’isthme après le canal de Panama", a dit M. Fox devant les chefs d’Etat centre-américains (Colombie, Bélize, Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama, République dominicaine) réunis, en fin de semaine dernière, à La Romana (République dominicaine).

Cette initiative sonne comme une réponse au programme PetroCaribe lancé, en juin 2005, par le président vénézuélien, Hugo Chavez. Un accord qui permet à quinze pays du bassin caraïbe de régler 40 % de leur facture pétrolière avec des crédits à vingt-cinq ans, à un taux de 1 %, et avec deux ans de grâce.

Plusieurs pays d’Amérique centrale ont demandé à en bénéficier. Bête noire de Washington, le président Chavez l’a aussi proposé à des municipalités de gauche au Salvador et au Nicaragua.

Temistocles Montas, proche collaborateur du président dominicain, Leonel Fernandez, a estimé que la République dominicaine économisera 240 millions d’euros cette année grâce à PetroCaribe.

Le projet entériné à La Romana consiste à mettre en place, entre 2011 et 2015, une raffinerie d’une capacité de 360 000 barils par jour. Près de 70 % du pétrole brut viendra du Mexique. Cette raffinerie, évaluée à au moins 6 milliards d’euros, réduira le coût des produits pétroliers dans la région d’environ 8 dollars par baril, selon le ministre mexicain du pétrole, Fernando Canales.

INTERCONNEXION DES RÉSEAUX

L’emplacement de cette installation n’est pas encore défini. Commandée par la Banque interaméricaine de développement (BID), une étude de la société KBC Advanced Technologies a identifié deux sites : Puerto Quetzal, au Guatemala, et Puerto Armuelles, au Panama. Les chefs d’Etat ont laissé le choix aux investisseurs privés. "La décision sera prise en fonction de critères techniques et non politiques", a promis M. Fox, en fin de mandat.

La raffinerie est la pièce maîtresse du programme d’intégration énergétique centre-américain, approuvé en décembre 2005 dans la station balnéaire mexicaine de Cancún. Ce programme prévoit le développement de l’usage du gaz naturel dans l’isthme et l’interconnexion des réseaux électriques du Mexique et de ses voisins du Sud.

Le président Chavez s’est de son côté engagé à remettre en état la raffinerie de Cienfuegos, construite dans les années 1980 par l’ex-Union soviétique à Cuba. Principal bénéficiaire de PetroCaribe, l’île communiste reçoit 98 000 barils de pétrole vénézuélien par jour. Selon des sources diplomatiques à La Havane, elle en réexporte une partie vers l’Amérique centrale.

Les compagnies pétrolières PDVSA (Venezuela) et CUPET (Cuba) ont créé, en avril, une société mixte qui investira entre 625 et 780 millions d’euros pour réhabiliter Cienfuegos.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !