Liste des auteurs

Pétrole social ou Contrats de Complaisance à CGGVeritas

samedi 15 septembre 2007 par CGT CGG
8 députés de 2 départements et des sénateurs interpellent le ministère du travail.

Des veuves ou des accidentés du travail spoliés par les assurances ou déchus de leurs droits, des salariés atteints de plaques pleurales à qui l’on refuse la préretraite amiante, une salariée qui doit sortir prématurément de la maternité avec une facture de 1500€, spoliation de la branche maladie professionnelle et accidents du travail … C’est le fruit de la politique d’externalisation des risques que couvre le gouvernement et ses services en France.

Pire, depuis 1996 [1] , les salariés les plus exposés n’ont pas d’accès aux dispositifs de formation professionnelle, pas de Comité d’Entreprise pour leur famille, pas de réelle représentation du personnel et ont la même protection contre les licenciements qu’un salarié en CNE, sauf qu’en plus ils le signent leur contrat à Genève en Suisse.

Face à l’absence de réaction des autorités compétentes et l’impunité de CGGVeritas, la CGT a du assigner la Compagnie pour « prêt de main d’œuvre illicite »

auprès du tribunal correctionnel d’Evry contre le recours à ces contrats suisses. Le 11 septembre 2007, les dirigeants de CGGVeritas seront convoqués pour délit de marchandage.

Mais c’est bien au gouvernement d’intervenir pour protéger ces ressortissants comme le fait par exemple l’Etat norvégiens pour ses prospecteurs à l’internationale. Même aux US, les compagnies pétrolières qui ont signé des conventions collectives garantissent une protection sociale quelque soit le lieu de travail.

Quelque soit l’issue du procès, le dossier juridique constitué permet d’ores et déjà à la CGT de défendre les externalisés abusés devant les prud’hommes et d’y gagner réparation de leur employeur réel.

Une conférence de presse de rentrée organisée par l’UD CGT le 11 septembre, avec la présence de prospecteurs, se tiendra à la bourse du travail d’Evry à 11h30. L’audience au tribunal d’Evry est prévue à 13h30

[1] Depuis 1996, la direction de CGGsa France (maison mère) délocalise les contrats de travail de ses personnels mobiles dans une filiale suisse de prêt de main d’œuvre CGGI basée à Genève, pour contourner les règles et la législation du droit du travail et de la sécu de notre pays. 600 salariés dont 300 français sont embauchés sous ces contrats de complaisance pour travailler en rotation sur des navires ou des Missions opérées depuis la base de Massy en Essonne.

La Compagnie Générale de Géophysique est une société d’exploration qui existe depuis 1931, embauche 1200 français et vient de fusionner avec Veritas-DGC pour créer CGGVeritas (l’IFP détient 10% du capital)
Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !