Liste des auteurs

LEMONDE.FR avec AFP | 11.06.08 |

Pour le groupe BP, l’envolée du prix du pétrole est due à une baisse de la production

jeudi 12 juin 2008

Le groupe pétrolier britannique BP a annoncé, mercredi 11 juin, dans son panorama annuel sur l’énergie, que la production mondiale de pétrole a décliné de 0,2 % en 2007. Ce déclin, le premier depuis 2002, est dû, selon la compagnie, à une baisse de la production de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP), accompagnée d’une très faible croissance de la production hors OPEP, de l’ordre de 200 000 barils par jour. "La production de l’OPEP a baissé de 350 000 barils par jour, du fait de l’impact cumulé des réductions de production mises en place en novembre 2006 et en février 2007", précise le rapport.

Le rapport de BP explique que la consommation mondiale de pétrole a continué de croître, mais à un rythme ralenti : elle a progressé de 1,1 % en 2007, soit 1 million de barils par jour, un taux de croissance légèrement inférieur à la moyenne sur dix ans. Dans les pays de l’Organisation de coopération et de défense économiques (OCDE), la demande a, en revanche, décliné de 0,9 %, soit 400 000 barils par jour. Les réserves mondiales de pétrole sont restées inchangées en 2007, à 1 240 milliards de barils, a par ailleurs estimé BP. "Elles suffisent à produire au niveau actuel pendant 41 ans", précise le rapport.

"LES PROBLÈMES NE SONT PAS GÉOLOGIQUES MAIS POLITIQUES"

"Des prix volatils et élevés, reflétant un équilibre serré entre l’offre et la demande, demeurent les caractéristiques marquantes des marchés mondiaux de l’énergie", a souligné Tony Hayward, le directeur général de BP. "Le déclin de la production dans les pays de l’OCDE souligne le fait que, bien que les ressources ne constituent pas une contrainte au niveau mondial, les ressources accessibles à l’investissement privé de sociétés comme BP sont limitées, a insisté M. Hayward. Dès lors qu’il s’agit de produire plus de pétrole, les problèmes se situent au-dessus du sol, pas dans le sous-sol. Ils ne sont pas géologiques mais politiques."

Le secrétaire général de l’OPEP, Abdallah el-Badri, n’est pas de cet avis. Selon lui, il "n’y a pas de problème d’offre" : "la principale raison de la hausse des prix est la spéculation". Une réunion pour examiner les causes de l’envolée des cours du pétrole aura lieu le 22 juin en Arabie saoudite. L’OPEP espère démontrer à cette occasion qu’elle n’est pas responsable de la situation actuelle.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !