Liste des auteurs

Un article de Rémi Barroux paru dans LE MONDE du 29 avril 2006

Réélu secrétaire général, M. Thibault a fait adopter la réforme du financement de la CGT

samedi 29 avril 2006 par Rémi Barroux

Confirmé à la tête de la CGT pour un troisième mandat de secrétaire général, Bernard Thibault a réussi à faire adopter, jeudi 27 avril, la réforme du financement de la centrale, au 48e congrès confédéral qui s’est achevé, vendredi, à Lille.

Fait exceptionnel dans l’histoire de la CGT, M. Thibault avait été désavoué en mars 2005 par le comité confédéral national (CCN), le "parlement" de la centrale, lors du débat sur le traité constitutionnel européen. Il a été réélu avec 92,35 % des voix à la nouvelle commission exécutive.

Ce score, quasiment identique à celui réalisé au congrès de Montpellier en 2003, le place néanmoins en 50e position sur les 54 membres de cette instance. Preuve que le débat n’est pas terminé.

En revanche, M. Thibault peut se féliciter d’avoir réussi à faire adopter le nouveau système de cotisations qui fixe nationalement les taux de répartition entre les différentes structures (locales, départementales, fédérales et confédérale) et organise un prélèvement centralisé.

La direction confédérale a obtenu, sur ce texte, 63,2 % des voix, soit plus de dix points de plus qu’en 2003, et 36,8 % de voix contre. Ce score a été longuement applaudi par un congrès qui a vu toute la journée de jeudi les partisans de cette réforme s’affronter, parfois très vivement, aux oppositionnels, tenants de l’ancien système.

Mais, signe que les tensions perdurent, Jean-Christophe Le Duigou, taxé de "réformisme", a été le plus mal élu des membres de la commission exécutive, avec 83,7 % des mandats. Tout comme Maurad Rabhi, sévèrement attaqué ces derniers temps par les "orthodoxes", qui fait partie des trois derniers de la liste avec Francine Blanche, elle aussi membre du bureau confédéral depuis trois ans. Elle avait été chargée de porter le débat sur le traité constitutionnel européen dans la CGT.

Dans le même temps, Didier Le Reste, qui incarne notamment le combat pour le non au traité, a recueilli 97,6 % des mandats, en 7e position sur la liste des élus.

La CE intègre 21 nouveaux membres et voit le retour des Bouches-du-Rhône, une union départementale critique, avec Mireille Chessa, ainsi que le turbulent comité de chômeurs CGT, avec François Desanti.

Le document d’orientation, la feuille de route de la CGT jusqu’en 2009, a recueilli 80,4 % de pour, et 19,6 % de non, un score comparable, voire légèrement supérieur à celui de 2003.

Forte de ces résultats, la nouvelle direction devrait pouvoir mettre en place le "syndicalisme rassemblé et de conquête" qu’elle appelle de ses voeu.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !