Liste des auteurs

Répéter 100 fois un mensonge n’en fait pas une vérité !!

mardi 23 février 2016 par CGT Centrale Gardanne

La direction de plus en plus déconnectée de la réalité des travailleurs

Depuis le 1er janvier 2016, l’entreprise a changé pour devenir UNIPER. Il semble que cela ait réveillé les envies de la direction de nous resservir sa propagande à travers des Flash info de plus en plus mensongers et déconnectés des travailleurs que ça soit à Gardanne, Émile Huchet ou au Siège.

D’abord, il est important de rappeler que les revendications portées par la FNME CGT dans le cadre du préavis national dans les IEG concernent toutes les entreprises de la branche donc UNIPER :

Premièrement les salaires. La direction annonce une augmentation moyenne des salaires de 2,09% dans l’entreprise. MENSONGE !! Ce pourcentage correspond à l’augmentation de la masse salariale et non des salaires individuels. En fait l’augmentation moyenne commune à l’ensemble des travailleurs est de 0,2% alors que l’augmentation du coût de la vie est estimé à 1,2%. Cela fait donc une perte de pouvoir d’achat de 1%. Pour le reste cela correspond à des taux d’avancements à 17% (incluant tous les quotas spécifiques y compris l’égalité professionnelle) et un plafond de 84 reclassements pour l’ensemble des sites. Une économie de 10M€ entre 2014 et 2015 sur la masse salariale a été réalisée. Il est important de rappeler que les 10 plus gros salaires de l’entreprise représentent toujours environ 2,5M€…

Messieurs de la direction, n’y aurait il pas un problème sur vos salaires ?!

Pénurie pour les uns et gavage pour les autres !!

Deuxièmement le statut IEG et les emplois statutaires. Après avoir subi un plan social avec une réduction massive des effectifs, que la direction affirmait nécessaire pour le redressement de l’entreprise et que la CGT a combattu, il est inconcevable d’entendre que l’entreprise est en difficulté et que la question de l’emploi au statut ne nous concerne pas. D’ailleurs le DRH national nous a souvent répété que le statut était un problème pour eux et qu’il leur coutait beaucoup trop cher.

Troisièmement le 1%. C’est la cerise sur le gâteau !! D’ailleurs la direction n’en parle pas dans son communiqué, et pour cause : Jamais notre entreprise n’a reversé le 1% pour le financement de nos activités sociales. Le DRH national a même annoncé en CCE que l’entreprise ne payait pas parce qu’avant le rachat par EON, l’ancienne direction ne payait pas non plus… ça doit être la pire des justification jamais fournie depuis la création de notre statut.

Heureusement que la CCAS est gérée par les organisations syndicales et avec une CGT majoritaire sinon les salariés de la Centrale ne pourraient plus profiter des activités sociales depuis bien longtemps. Pour la CGT, les travailleurs de la branche ne sont pas en concurrence.

Évidemment, le non paiement du 1% par les entreprises de la branche entraine une réduction importante de nos prestations.

La création des richesses par les travailleurs doit aller aux travailleurs et non aux actionnaires.

Donc, au vu de ces éléments, chacun pourra se faire une idée si oui ou non nous sommes directement concernés.

Mais les mensonges ne s’arrêtent pas là. La direction affirme que nous étions les seuls à avoir arrêté la production sur l’ensemble du parc français. Encore un mensonge !! Le jour de la grève à 8h, nous annoncions plus de 9000MW en moins sur le réseau par la participation des sites de Porcheville, Le Havre, Cordemais, Cattenom, Cruas, Tricastin et bien d’autres s’y sont rajoutés dans la journée. L’ensemble des travailleurs de la branche étaient dans la mobilisation les 17 et 18 février tout simplement.

Messieurs de la direction, vous citez les tranches fiouls qui tournaient mais vous oubliez le reste du parc de production où les travailleurs étaient en lutte. Est-ce une erreur de communication ou est ce que la cruche est vraiment vide ?

Et les mensonges continuent. La direction prétend que nous allons créer une situation de conflit pour demander une prime pour la réorganisation. D’abord la CGT rappelle que l’accord que cite la direction prévoyait une prime de formation qui n’a jamais été attribuée. Alors c’est bien la direction qui ne respecte pas les accords signés et la situation de conflit est bien se sa responsabilité !! De plus la prime demandée pour le personnel nouvellement embauché qui a été autodidacte et qui a travaillé en sous effectif n’est elle pas méritée ? Si la direction était consciente des efforts fournis par les travailleurs, elle ne se poserait pas autant de questions !!

Aussi, la direction met en avant l’accord de "sécurisation du projet Provence 4 Biomasse" pour s’attaquer au droit de grève. Rappelons que même pendant les 6 mois de grève en 2014 et jusqu’à aujourd’hui, la CGT et les travailleurs n’ont jamais entraver le bon fonctionnement du chantier Biomasse.

Le retard de 1 an et demi et l’explosion du prix du projet est peut être simplement du à l’incompétence de nos dirigeants ?

La CGT rappelle, puisque cela semble nécessaire, que tous les conflits et leurs modalités ne sont jamais que les conséquences de la non prise en compte par la direction des revendications des travailleurs et du dialogue social dans l’entreprise !! Exemple : Préavis déposé depuis plus d’un mois sans simplement une ouverture de négociation.

Pour finir, la direction aimerait nous faire croire que "la viabilité des unités de production est aujourd’hui posée par l’augmentation trop importante du nombre de jours de grève…".

Heureusement que le ridicule ne tue pas, depuis la création d’UNIPER il y a seulement eu un jour de grève où les travailleurs avec la CGT ont arrêté la production à Gardanne.

Ce qui a fragilisé l’entreprise ce n’est en aucun cas les grèves, mais plutôt la libéralisation du marché de l’énergie voulue par nos employeurs les choix politiques des gouvernements qui amènent à un prix du Mégawatt bas (sans que cela ne profite aux usagers). À cela s’ajoute une gestion de l’entreprise qui a mené à des plans sociaux, des fermetures de sites et d’unités de production, à réduire les investissements pour le maintien des outils de production… Bref ce sont les choix de nos patrons qui nous amènent à cette situation !!


Extrait du livre "La communication pour les nuls" : Il est toujours important de valoriser les efforts fournis par les travailleurs qui œuvrent pour le bon fonctionnement de l’entreprise surtout pendant une période de restructuration et de sous effectif. Il est aussi indispensable de communiquer sur les perspectives d’avenir en annonçant officiellement les mesures et investissements prévus pour pérenniser l’entreprise afin de donner des perspectives pour les travailleurs.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !