Liste des auteurs

Article de FRANÇOIS-XAVIER BOURMAUD Publié dans le Figaro le 30 septembre 2006

Salaires : après sept ans difficiles, l’Insee prévoit du mieux

samedi 30 septembre 2006 par François-Xavier Bourmaud
L’Insee a étudié l’évolution des salaires de 1998 à 2004 : les cadres et les ouvriers ont tiré leur épingle du jeu, les employés et les professions intermédiaires ont régressé.

LE DÉBAT sur le niveau des salaires et la baisse du pouvoir d’achat s’enrichit. Dans une étude publiée cette semaine et consacrée au niveau des « salaires en France » entre 1998 et 2004, l’Insee vient en tout cas confirmer l’impression, jusqu’alors diffuse, selon laquelle les classes moyennes auraient vu leur revenu stagner. Et indique que, depuis 2004, l’amélioration de la conjoncture entraîne à nouveau les salaires à la hausse.

Sur l’ensemble de la période, les salaires affichent une progression moyenne de 0,6 % par an, hors inflation. Dans le détail, cette hausse apparente cache des disparités importantes. Ainsi pour les employés et les professions intermédiaires qui ont vu eux leur salaire reculer en moyenne de 0,2 % par an. Sur la même période, seuls les cadres et les ouvriers ont enregistré une hausse de leurs revenus salariaux avec des gains respectifs de 0,5 % pour les premiers et de 0,6 % pour les seconds.

L’Insee explique ces évolutions en divisant la période étudiée en deux parties. De 1998 à 2001, la forte croissance est contrebalancée par la modération salariale liée à la mise en place des 35 heures. Puis, de 2001 à 2003, le ralentissement économique et la remontée du chômage pèsent sur les salaires.

Ce sont surtout les cadres qui ont bénéficié de la première période, grâce à la progression de leurs primes, même si, après, ces dernières se sont réduites. Dans la seconde période, ce sont les ouvriers qui ont vu leurs salaires augmenter grâce notamment au mécanisme de revalorisation du smic enclenché après le passage aux 35 heures. Mais, pour les employés et les professions intermédiaires, aucun facteur n’est venu dynamiser leurs salaires. « Les employés du commerce, dont le poids dans la catégorie augmente, sont structurellement moins rémunérés que les autres employés (- 11 %) », note l’Insee. Quant aux professions intermédiaires, l’Institut statistique avance la féminisation de cette catégorie pour expliquer la baisse des salaires. Sur l’ensemble de la période, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est passé de 20 % en 1998 à 19,6 % en 2004.

Moindre recours au travail à temps partielA noter enfin que, sur l’année 2005, la baisse du chômage et le redémarrage de l’emploi salarié ont provoqué un effet positif sur les salaires. « L’amélioration du marché du travail au second semestre 2005 aurait engendré un climat plus favorable aux salariés lors des négociations salariales », indique l’étude. Elle estime que, en 2005, le salaire moyen devrait progresser de 0,9 % contre 0,4 % en 2004 et 0,3 % en 2003. Une progression qui se situe toutefois « en deçà des évolutions observées entre 1996 et 1999 de + 1,1 % en moyenne annuelle ».

Quant à la deuxième partie de l’année, l’Insee se montre là aussi optimiste en indiquant que l’embellie de l’activité économique devrait se traduire par un moindre recours des entreprises aux salariés à temps partiel, particulièrement fréquent chez les employés... et provoquer par conséquent une hausse des salaires.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !