Liste des auteurs

Un article de Béatrice Taupin paru dans Le Figaro du 12 mai 2006

Salaires : la négociation a porté ses fruits

vendredi 12 mai 2006 par Béatrice Taupin
92% des branches professionnelles ont désormais des grilles salariales actualisées et dont les minima sont supérieurs au smic.

NETTEMENT MIEUX. Lancée en mars 2005 à la suite des puissantes manifestations sur le pouvoir d’achat , la relance des négociations de branches sur les minima salariaux a porté ses fruits. Selon le bilan analysé hier par les partenaires sociaux sous l’égide de Gérard Larcher, ministre délégué à l’Emploi, 92% des branches sont désormais conformes, contre 60% en 2004. Il ne reste plus que 21 branches sur les 274 qui comptent plus de 5 000 salariés à avoir un ou plusieurs échelons de leur grille salariale inférieurs au smic, représentant au total un bon million de salariés. On en comptait encore 84 en juin dernier et 44 en décembre, lors du précédent bilan. Depuis cette date, la moitié se sont mises dans les clous (voir tableau), dont la chimie, qui n’avait pas négocié depuis février 2000, et le commerce de gros, depuis décembre 2001 !

Parmi les 21 qui restent non conformes, deux sont en situation de blocage : l’« habillement commerces succursales » qui compte 55 000 salariés et dont le dernier accord remonte à avril 1997 et les « foyers de jeunes travailleurs » (6 300 salariés) dont le dernier accord date de fin 2003. Quant à la branche des hôtels-cafés-restaurants (422 000 salariés), l’Umih d’André Daguin vient enfin d’annoncer qu’elle entamait des négociations pour actualiser sa grille, restée en l’état depuis 1997. Les exonérations de charges distribuées pour compenser l’absence de TVA à 5,5% promise par Jacques Chirac n’avaient pas jusqu’à maintenant suffi à rallier l’Umih au mouvement, pourtant lancé par un syndicat patronal minoritaire signataire d’un accord en début d’année. Le déclic est venu du nouveau « contrat de modernisation » et de soutien aux hôteliers, qui sera signé officiellement le 17 mai avec le gouvernement : un accord dont le coût reste mystérieux... Il était donc temps pour l’Umih de faire preuve de bonne volonté, d’autant que le secteur, dont les conditions de travail sont difficiles et les salaires bas, peine à recruter.

FO et CGT pour un coup de pouce au smic

Hier, les syndicats ont donc pris acte des progrès accomplis grâce au travail de « veille, d’incitation et d’appui » apporté par le ministère aux branches. Un travail qui va être poursuivi pour aider les 200 professions qui comptent moins de 5 000 salariés à conclure elles aussi et pour maintenir la pression sur les autres. Hier, Gérard Larcher a annoncé la mise en place d’une « veille » identique sur les dispositifs d’épargne salariale que le projet de loi participation invitera les entreprises à négocier dans les deux ans. Et il a rappelé très clairement que « les accords de salaires doivent être préalables à des accords d’intéressement ».

Un nouveau bilan est prévu à l’automne. Entre-temps interviendra la hausse du smic au 1er juillet. Après trois années de hausse exceptionnelle pour harmoniser les différents smic nés des 35 heures, ce qui a accéléré la vétusté des grilles et écrasé les hiérarchies salariales, on en revient aux critères habituels de hausse. CGT et FO, hier, ont d’ores et déjà revendiqué un coup de pouce... Ce qui serait le meilleur moyen de ruiner les efforts qui viennent d’être accomplis et de noyer de nouveau les minima de grilles.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !