Liste des auteurs

Un article de Yves Housson paru dans l’Humanité du 14 octobre 2005

Seniors Le MEDEF invente le CDD spécial vieux

vendredi 14 octobre 2005 par Yves Housson
Le patronat propose aux chômeurs de plus de 57 ans un contrat de 18 mois maximum.

Finir sa carrière dans la précarité, dans un CDD taillé sur mesure, tout comme tant de jeunes aujourd’hui la commencent, telle est donc la perspective offerte aux salariés âgés par le projet soumis hier par le MEDEF aux syndicats. Au terme d’une ultime séance de pourparlers qui a duré neuf heures, ces derniers ont réservé leur avis définitif. Le représentant du patronat se disait cependant confiant, estimant que quatre confédérations pourraient parapher l’accord. Depuis le début des négociations, au printemps dernier, les propositions du MEDEF pour augmenter le taux d’emploi des seniors ont certes notablement évolué. Les grandes mobilisations de ces derniers mois, en particulier celle du 4 octobre, ont de toute évidence pesé. C’est ainsi qu’ont pu être évacuées du projet

des dispositions provocatrices comme la suppression des primes d’ancienneté ou la non-prise en compte des seniors dans les effectifs des entreprises.

Le MEDEF n’a cependant jamais changé d’optique : si les seniors se trouvent massivement évincés de l’emploi, la responsabilité en incombe au coût de leur travail et au manque de flexibilité. D’où l’idée de mettre en place un contrat « adapté ». Cinq fois de suite, les négociateurs patronaux ont modifié la formulation de leur projet, qualifié d’emblée par la CGT « d’emploi-vieux », sans jamais renoncer à la logique qui le fonde. Dans le dernier texte, il est prévu qu’un salarié de plus de 57 ans, s’il est au chômage depuis plus de 3 mois ou en convention de reclassement personnalisé, puisse être engagé en CDD d’une durée maximum de 18 mois, renouvelable une fois. Cela, « afin de lui permettre d’acquérir par son activité des droits supplémentaires en vue de la liquidation de sa retraite à taux plein ». Ce nouveau CDD déroge au droit du travail actuel qui prévoit que le contrat à durée déterminée ne peut dépasser les 18 mois, renouvellement inclus. « Ce n’est pas un "contrat-vieux", il est destiné à un public en difficulté », se rassure Bernard Devy, de FO. Beaucoup de syndicalistes n’en craignent pas moins que, lors du passage, obligé, du projet au Parlement, ce CDD allongé soit étendu à d’autres catégories de salariés. « Engager un débat sur l’évolution du CDD, on sait où ça commence, mais on ne sait pas où ça finit », observe Alain Lecanu, pour la CGC.

La CGT, la plus critique sur ce point clé, souligne l’énorme « décalage entre ce que prône l’accord et le défi que représente l’emploi des seniors ». Hormis ce nouveau type de contrat, le projet stipule le droit pour tout salarié, à partir de 45 ans, puis tous les cinq ans, de bénéficier d’un entretien de deuxième partie de carrière, pour faire le point de ses compétences, ses besoins de formation et son évolution professionnelle. Dès hier, le premier ministre s’est réjoui de ce que « les partenaires sociaux

aient trouvé les voies d’un accord », prétendant qu’il « marque une véritable rupture avec les logiques du passé ». Dans le sillage du contrat nouvelles embauches, imposé par Villepin cet été, instaurant le permis de licencier sans motif pendant deux ans, ce « CDD-vieux » semble plutôt creuser la vieille ornière de la précarité.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !