Liste des auteurs

Un article de Rémi Barroux parus dans Le Monde du 28 mars 2006

Services d’ordre et policiers préparent ensemble la manifestation du 28 mars

mardi 28 mars 2006 par Rémi Barroux

A l’invitation du ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, et en présence du préfet de police de Paris, Pierre Mutz, les responsables des services d’ordre (SO) syndicaux et étudiants se sont rendus, samedi 25 mars, place Beauvau. A l’ordre du jour de la réunion, le délicat dossier de la sécurité sur les manifestations et le non moins périlleux problème de leur dispersion. Avec, comme échéance immédiate, la manifestation parisienne du mardi 28 mars, qui doit débuter place d’Italie pour se finir la place de la République.

D’entrée de jeu, le ministre a tenu, racontent les responsables des SO, à les rassurer en déclarant qu’il ne souhaitait pas les "piéger" et qu’il voulait connaître leurs points de vue sur les nombreuses violences qui ont émaillé la manifestation étudiante et lycéenne du jeudi 23 mars, notamment lors de la dispersion aux Invalides. Il a rappelé le bilan de quelque 690 interpellations dans toute la France et estimé que les manifestations avaient changé de nature et que les dispositifs de sécurité, y compris ceux des syndicats, n’avaient pas été efficaces.

Mécontent de se voir reprocher l’inefficacité du ministère de l’intérieur, M. Sarkozy reste néanmoins préoccupé par les risques de bavure. Vendredi, déjà, il avait asséné, devant les responsables du maintien de l’ordre, que "quand on voit des casseurs à l’oeuvre, on va les chercher", et réclamé des "dispositifs tactiques nécessaires".

RENFORCEMENT DE LA VIDÉO

Ces dispositifs, notamment la possibilité d’aller chercher les fauteurs de trouble à l’intérieur des manifestations, ont été rejetés par les responsables syndicaux. Tous ont opposé une fin de non-recevoir à l’idée que les forces de l’ordre pourraient entrer dans les cortèges pour venir interpeller les casseurs. Mais des policiers en civil pourraient néanmoins évoluer dans les défilés pour repérer les plus violents, voire les en extirper.

De même, ils ont peu apprécié l’idée, un moment avancée, d’"encager" les manifestations avec des grilles mobiles tout au long du parcours, pas plus que le dispositif consistant à manifester entre deux rangées de policiers, comme cela se pratique en Grande-Bretagne. Un renforcement de l’emploi de la vidéo a aussi été annoncé.

La manifestation de mardi ne devrait donc pas fondamentalement changer d’aspect. Les responsables des SO ont défendu l’idée que les forces de l’ordre ne devaient pas être trop proches des cortèges, afin de ne pas être un motif de provocation. Ils ont aussi insisté sur le fait que, lors de la dispersion, les barrages de police permettent l’évacuation rapide des manifestants et ne ferment pas hermétiquement le lieu, comme cela avait été le cas, ont noté certains, lors de la manifestation du 16 mars.

Les responsables syndicaux, inquiets de la montée de la violence dans les dernières manifestations, se sont concertés pour mettre au point un service d’ordre qui devrait atteindre, pour mardi, plusieurs centaines de membres. Il n’est pas question de faire le travail des forces de l’ordre, mais d’assurer la protection des manifestants. "Ces jeunes sont très mobiles et très violents, c’est difficile d’intervenir, et quand on les bloque, qu’en fait-on ? On ne va pas aller les déposer au commissariat", s’interroge un dirigeant de service d’ordre.

Mardi, des groupes mobiles sont prévus pour aider à la sécurité des cortèges de jeunes, qui seront encadrés par un cordon des organisations d’étudiants et de lycéens. Un groupe important de SO ouvrira la manifestation, pour tenir à l’écart les éventuels casseurs, et chaque cortège syndical sera encadré par son propre service d’ordre.

En signe de solidarité avec Cyril Ferez, le syndicaliste de SUD-PTT blessé lors de la manifestation du 18 mars et toujours dans le coma, après le carré de tête regroupant les leaders puis les cortèges étudiants et lycéens, ce sera l’Union syndicale Solidaires qui ouvrira le défilé parisien - une première -, suivie de la CFDT et des autres organisations, la CGT et FO fermant la marche.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !