Liste des auteurs

Un article de Alain Raynal paru dans l’Humanité du 1er juin 2005

Solidaires des quatorze postiers suspendus

mercredi 1er juin 2005 par Alain Raynal

Ces quatorze postiers travaillent tous comme manutentionnaires, contrôleurs, pilotes de machine ou trieurs au centre de traitement du courrier de Bègles. Tous sont militants syndicalistes à la CGT ou à SUD, appréciés de leurs collègues, et rompus à une longue pratique de solidarité et de défense du service public postal. Beaucoup avoisinent ou dépassent même les trente ans d’ancienneté. Aujourd’hui, ils sont menacés de sanctions très lourdes pour avoir voulu empêcher la suppression de quarante emplois. Mercredi et jeudi dernier, les représentants d’une direction qui se refuse à négocier sur le maintien de ces postes et les conditions de travail ont été bloqués pendant une vingtaine d’heures (lire l’Humanité des 30 et 31 mai). Les quatorze salariés sont suspendus pour cette action. Neuf sont mis en examen.

un recours au pénal inadmissible

Les syndicalistes mis à pied se sont tous retrouvés hier à midi devant le siège des directions départementales, rue Bonnac à Bordeaux, entourés d’environ deux cents collègues de divers services postaux venus comme la veille manifester leur solidarité. Parmi les mis en examen, Jean-Pierre Dabrin, responsable CGT sur le centre de tri. Embauché à La Poste en 1974, il n’a depuis jamais cessé de militer pour défendre les collègues de travail et les missions du service public, parfois dans des confrontations longues et rudes contre des directions intransigeantes. « Aujourd’hui, s’insurge-t-il, je ne peux pas admettre le recours au pénal contre nous dans des conflits sociaux qui ne regardent que les salariés et la direction au sein de l’entreprise. » Ce recours à la police pour déloger les syndicalistes et les plaintes au pénal constituent une première dans le centre de tri girondin qui, pourtant, a connu bien d’autres actions tout aussi vives. En 1999, lors de discussions sur le temps de travail et après trente jours de grève, se souvient Jean-Pierre Dabrin, les salariés en lutte avaient envahi et bloqué toute une nuit les locaux de la direction pour inciter cette dernière à négocier. Ils avaient alors obtenu satisfaction sur une partie de revendications. Or, depuis deux mois d’actions diverses pour la sauvegarde des quarante emplois à Bègles, les syndicalistes se heurtent à la fermeté de la direction. « Il n’y avait absolument rien de prémédité dans l’action de la semaine dernière, assure le militant cégétiste, mais l’exaspération n’a fait que grandir face à l’attitude de la direction. »

un rendez-vous quotidien

« Elle dégaine bien plus vite pour prendre des sanctions que pour sortir les stylos de la négociation », ajoute Xavier Dauga, porte-parole de SUD, également suspendu de ses fonctions. Des débuts professionnels en 1983 au centre de tri de Bobigny, puis à Bègles, cela fait maintenant vingt ans qu’il travaille comme « nuiteux ». « Ils veulent nous faire passer pour des criminels, parce que nous représentons les syndicats qui se battent le plus contre la casse de La Poste, c’est honteux », lance-t-il, avant d’appeler à poursuivre la mobilisation et les rendez-vous quotidiens devant le siège de la direction. La solidarité venue des différents centres postaux du pays se manifeste (1) sous les formes les plus diverses : débrayages, motions, pétitions... Un rassemblement départemental à l’initiative des syndicats est prévu demain, jeudi 2 juin, à midi toujours rue Bonnac à Bordeaux. Pour leur part, les communistes girondins invitent aujourd’hui (18 h 30 devant le centre de tri à Bègles) à l’un de leurs premiers rendez-vous public pour fêter la victoire du « non » et exiger l’annulation des poursuites et sanctions contre les quatorze postiers.


les quatorze salariés suspendus

Jean-Pierre Dabrin (CGT), 51 ans ; Jean-Paul Barra (SUD), 51 ans ; Patrick Pret (CGT), 43 ans ; Bernard Bernoulat (CGT), 51 ans ; Christian Stoldick (SUD), 48 ans ; Patrick Lafont (SUD), 47 ans ; Jean-Marie Baillet (CGT), 53 ans ; Fabrice Duluc (CNT), 31 ans ; D. Grenier (CGT), 46 ans ; Pierre-Alain Ducasse (SUD), 44 ans ; Pierre Gai (SUD), 47 ans ; Gérard Danne (CGT), 53 ans ; René Blanzaco (CGT), 55 ans ; Xavier Dauga (SUD), 43 ans.

(1) CGT PTT : 44, cours Aristide-Briand 33 000 Bordeaux, fax : 05 56 33 46 92, cgt.ptt.33wanadoo.fr
Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !