Liste des auteurs

Tarifs particuliers : pas d’entourloupe sur notre pouvoir d’achat !

vendredi 2 juillet 2010 par FNME-CGT

A l’aube de cette nouvelle année, certains employeurs de la branche des IEG font leurs comptes et lorgnent sur les tarifs particuliers des électriciens et gaziers, actifs et retraités : l’entreprise Vialis, société d’économie mixte de distribution de gaz et d’électricité de la région de Colmar vient d’adresser un courrier aux agents vivant sur le territoire desservi par cette entreprise leur indiquant sa décision de répercuter la totalité des taxes et contributions en sus du tarif agent. Pour une consommation moyenne d’électricité de l’ordre de 10 000kWh cela conduirait à une augmentation de l’ordre de 82 euros par an, doublant ainsi le prix payé actuellement au titre du tarif particulier.

Le prétexte : l’apparition ou l’augmentation d’un certain nombre de taxes et contributions supportées par les entreprises (CTA, CSPE, .) qui n’existaient pas au moment de l’instauration du tarif agent, et qui provoqueraient un « compte déficitaire » pour les entreprises.

Cette situation n’est pas nouvelle, et le prix du tarif agent fixé depuis les années 1980 à 0,04F du KWh (0,61cd’euros) s’entendait, toutes taxes comprises, l’écart entre le tarif public et le tarif agent étant imputé sur la masse salariale.

C’est donc sur un avantage en nature, équivalent à du salaire, que les employeurs voudraient revenir.

Chaque métier, chaque secteur industriel ou économique a son histoire et bien souvent Les « avantages en nature » des salariés sont directement liés aux produits qu’ils contribuent à fabriquer : les salariés d’air France ou de la SNCF bénéficient de transports gratuits, ceux de France télévision d’entrées aux spectacles, ceux de l’automobile de tarifs préférentiels sur les véhicules.

Quoi de plus normal qu’un électricien ou gazier bénéficie de tarifs particuliers sur le gaz et l’électricité ?

A l’heure où les entreprises et leurs dirigeants font du lobbying pour éviter tout encadrement du salaire des patrons, des parachutes dorés et autres primes à la performance, il serait très mal venu de faire croire que les salariés de la branche des IEG disposeraient d’avantages exorbitants sur le dos des usagers. Si les prix de l’électricité et du gaz augmentent pour les usagers, ce n’est pas à cause des salaires et pensions des agents et retraités, mais bien plutôt à cause de la désoptimisation économique liée à la séparation des activités, du manque d’investissements et de la concurrence entre opérateurs.

Pour la CGT, il est hors de question de diminuer le pouvoir d’achat des agents actifs et retraités de la branche des IEG. Elle a bien l’intention de le faire savoir aux employeurs qui ne pourront reprendre d’une main ce qu’ils ont chichement accordé de l’autre en matière d’augmentation salariale pour l’année 2010.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !