Liste des auteurs

Entretien avec Cécile Crouzel | Le Figaro du 12.11.2013

Thierry Lepaon : « Le climat est très tendu, c’est explosif partout »

mardi 12 novembre 2013 par Thierry Lepaon, Cécile Crouzel
Le nouveau patron de la CGT s’en prend vertement au gouvernement, au patronat et à la CFDT.

LE FIGARO. - Les syndicats, dont la CGT, sont absents des mouvements actuels de contestation. Pourquoi ?

Thierry LEPAON. - L’efficacité du syndicalisme se mesure d’abord dans l’entreprise. Ensuite, il y a dans la période un effet de curiosité médiatique. La manifestation des « bonnets rouges » à Quimper, c’est nouveau. Le rassemblement de Carhaix, mené par la CGT, Solidaires et Sud, a été moins relayé par les médias. Mais sur le fond, le fait que les organisations syndicales n’aient pas une démarche unitaire sur les questions de l’emploi n’aide pas. Les patrons, eux, sont unis. Ce sont eux qui ont inspiré la manifestation des « bonnets rouges ». Ils ont un discours identifié : ils réclament la baisse des cotisations sociales, en demandant le maintien des aides qu’ils reçoivent ! La lettre de Pierre Gattaz s’engageant à créer un million d’emplois en cinq ans si les dépenses publiques baissent et si les cotisations sociales sont transférées sur d’autres impôts est pour nous une déclaration de guerre.

Comment comptez-vous réagir ?

Le comité CGT de Bretagne a travaillé pour bâtir une démarche unitaire. Le 23 novembre, il y aura une manifestation à laquelle participeront toutes les organisations syndicales, à l’exception de la CFE-CGC. Mais la crise n’est pas qu’en Bretagne. Actuellement, il y a 10 plans sociaux et 1000 chômeurs de plus par jour en France ! 70 % des salariés français estiment que les conditions pour bien faire leur travail ne sont pas réunies. Et puis, il y a les suicides au travail. Le climat est très tendu, c’est explosif partout. Face à cela, nous avons lancé une campagne bâtie sur un triptyque : les salaires, l’emploi et la protection sociale. Car tout est lié.

Mais pourquoi les salariés ne se mobilisent pas ?

Le chômage fait peur, les salariés se replient sur eux-mêmes. C’est à nous d’aller à leur rencontre pour les remobiliser.

Le problème ne vient-il pas du fait que le motif de la fronde actuelle - le « ras-le-bol fiscal » - n’est pas compris par les syndicats ?

Le « ras-le-bol fiscal » cristallise le mécontentement. J’entends des gens qui s’en plaignent, alors qu’ils ne payent pas d’impôt ! Mais le vrai problème, c’est le pouvoir d’achat. À un moment, les salariés verront aussi que cela irait mieux si les rémunérations n’étaient pas bloquées comme elles le sont depuis trois ou quatre ans. Les fonctionnaires vont subir la quatrième année de gel. Et les salaires n’augmentent plus, même dans les entreprises qui vont bien. À un moment, la colère va s’exprimer par un « on veut gagner plus ». Voilà pourquoi on a demandé au gouvernement d’ouvrir des négociations nationales sur les salaires, et notamment sur la question du smic, ainsi que sur l’emploi. Nous voulons discuter de l’efficacité en termes d’emploi du crédit d’impôt compétitivité emploi et des 200 milliards d’euros d’aides et exonérations que touchent les entreprises.

Avez-vous le sentiment d’être entendu par le gouvernement ?

Non. Il y a deux poids deux mesures : il ne fait qu’écouter le patronat sans être récompensé. Plus il cède aux revendications des patrons, plus ils revendiquent ! Il n’y a pas non plus de traitement égalitaire entre les organisations syndicales. La CFDT est ultraprivilégiée. Cela révèle un dysfonctionnement de ce gouvernement.

Êtes-vous déçu par l’équipe Ayrault ?

C’est peu de le dire. Ce que je leur reproche, c’est de ne pas traiter les questions sociales qui sont pourtant urgentes. Entre ce qu’ils disaient quand ils étaient dans l’opposition ou en campagne, par exemple sur les retraites, et ce qu’ils font aujourd’hui, il y a un gouffre. Ce décalage entre les paroles et les actes nous mène dans le mur. Dans ce gouvernement, on ne sait pas qui fait quoi et on est en début de mandat ! Où sont passées les réformes de fond promises pendant la campagne : la réforme fiscale, la décentralisation ? Quelles sont les priorités de l’exécutif ? Ça pèche par manque de responsabilité et d’innovation. Nous sommes face à une crise du politique, qui n’est pas nouvelle, mais qui s’aggrave.

N’y a-t-il pas aussi une crise de la CGT, qui n’a pas proposé d’idées fortes depuis longtemps ?

Nous avons fait de nombreuses propositions sur les retraites. S’il y a eu des avancées en termes de pénibilité, d’égalité hommes-femmes et de prise en compte des années d’études, la CGT y est pour beaucoup. Mais c’est vrai que la CGT était plus efficace il y a quelques années pour lancer de nouvelles idées. À l’époque, quand on avançait une proposition, on l’accompagnait d’une action sur le terrain. Je veux revenir à cet engagement militant. On va lancer de cette façon le débat sur le coût du capital. Le travail est-il un coût, ou une richesse ? C’est aussi une question essentielle. II faut que la CGT s’exprime à nouveau sur les questions économiques. C’est pour cela que j’ai créé un pole économie dans le nouvel organigramme. Nous avons les ressources internes et une trentaine d’experts extérieurs travaillent avec nous.

Vous avez mis huit mois à définir ce nouvel organigramme. N’est-ce pas le signe d’un flottement à la CGT ?

Non. D’abord si l’on enlève la période des congés d’été, cela fait cinq mois. Cinq mois pour bien établir une nouvelle organisation, c’est rapide ! Nous sommes maintenant en ordre de marche.

Comptez-vous mener d’autres actions contre la réforme des retraites ?

Oui. Nous avons prévu une journée d’action le 19 novembre, puis des rassemblements devant l’Assemblée et les préfectures, lorsque les députés voteront le texte.

Et sur le travail du dimanche ?

Nous attendons les résultats du rapport Bailly. Sur le fond, notre position est claire. Le travail atypique - le dimanche, de nuit - ne doit avoir lieu que lorsqu’il est nécessaire : dans la santé, les services publics, certaines industries… Vendre du parfum après 21 heures sur les Champs-Élysées, ouvrir les magasins de bricolage le dimanche, ce n’est pas nécessaire. Les Français disent vouloir des magasins ouverts le dimanche, mais ils ne veulent pas travailler ce jour-là ! Sur ce sujet, nous faisons là aussi face à une campagne du patronat, qui paye les salariés pour manifester mais aussi des affiches et des cabinets de communication. La ficelle est grosse ! Elle va finir par se voir.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !