Liste des auteurs

Un article deJean-François Arnaud et Frédéric de Monicault paru dans Le Figaro du 8 septembre

Total : 3 milliards de profits en un trimestre

jeudi 8 septembre 2005 par Frédéric de Monicault, Jean-François Arnaud

Les bénéfices trimestriels records dégagés par Total, près de 3 milliards d’euros, n’ont, on pouvait bien s’en douter, pas manquer de provoquer des remous. A l’heure où les prix à la pompe flambent, des voix, sitôt l’annonce des comptes faite par la compagnie hier, se sont élevées pour stigmatiser la santé florissante des sociétés pétrolières.

Jean-Michel Lemétayer, le président de la FNSEA, n’a ni plus ni moins menacé le gouvernement de lancer des manifestations si les pouvoirs publics ne soutiennent pas les agriculteurs : « Je suis choqué par les bénéfices annoncés. Surtout pour une population comme la nôtre, car tous nos travaux d’été - moissonnages, tractages, vendanges - sont des gros consommateurs d’énergie, achetée au prix fort. En outre, nous sommes les seuls à ne pas pouvoir répercuter la hausse des prix de l’énergie sur nos tarifs, car à l’image du prix du lait qui chute la plupart des cours agricoles sont en baisse. »

La CGT, en particulier, s’appuyant sur l’envolée du prix du baril, qui profite selon elle « très largement aux actionnaires des compagnies », réclame d’urgence une table ronde sur les prix de l’essence.

Conscient de cette grogne, le premier ministre, lors de sa conférence de presse de rentrée, a dit vouloir examiner « dans quelles conditions les représentants du secteur pétrolier peuvent contribuer aux efforts du pays ».

Au cours des prochains jours, Thierry Breton va donc rencontrer les acteurs concernés : avec la volonté affichée d’organiser une mobilisation de leur part. Quelles formes doit prendre cet engagement ? A gauche, certains parlent de redistribution pure et simple des profits des groupes français. Plus généralement, des engagements concrets en matière de sécurisation et de diversification des sources d’approvisionnement sont évoqués.

La marge de manoeuvre des pouvoirs publics est toutefois mince. « L’Etat ne peut pas, dans un contexte de prix libres soumis à la concurrence, faire pression sur les entreprises de distribution pétrolière pour qu’elles réduisent leurs prix et leurs marges. Nous ne sommes plus dans un système de prix administrés comme ce fut le cas pendant de longues années et l’Etat doit respecter la logique du système », souligne Laurent Vandomme, associé chez Herbert Smith.

Au mois d’août, Dominique de Villepin a cependant invité Total à accroître ses investissements dans ses capacités de raffinage. Le but étant de répondre à la demande croissante de pétrole du pays. « Le gouvernement nous a fait part de ses inquiétudes, nous l’avons rassuré », a souligné hier Thierry Desmarest, le président de Total. Sous-entendu : le groupe a détaillé efficacement sa politique dans ce domaine. Précisément, la compagnie française prévoit de doubler ses investissements dans le raffinage sur la période 2005-2010, à hauteur de 800 millions d’euros par an. Ainsi, en France, le groupe construit actuellement une unité spécialisée à Gonfreville (Haute-Normandie) pour un montant global de 500 millions d’euros. De son côté, Esso France a investi 250 millions d’euros dans la transformation de la raffinerie de Port Jérôme.

Un plus fort engagement des compagnies pétrolières dans les énergies renouvelables est également une piste évoquée par les pouvoirs publics. Total, à titre indicatif, construit actuellement une usine de panneaux solaires à Toulouse et exploite une ferme éolienne à côté de sa raffinerie de Dunkerque. Parallèlement, il se montre actif dans le domaine des biocarburants : il achète notamment 75% de la production de biodiesel en France.

Mais, pour Laurent Vandomme, « les mesures susceptibles de diminuer la dépendance au pétrole ne resteront que très cosmétiques tant que l’Etat n’aura pas pris, de son côté, des engagements fermes et concrets (subventions, incitations fiscales, prix favorables de rachat de l’électricité produite) qui garantiront aux entreprises qui investissent qu’elles rentreront dans leurs frais et pourront dégager des marges suffisantes justifiant des investissements capitalistiques importants ».

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !