Liste des auteurs

Alain Raynal | L’humanité du 30.10.2007

Tout le bassin avec les employés du Géant Casino de Decazeville

mercredi 31 octobre 2007 par Alain Raynal
Lutte . En grève depuis le 19 octobre contre une extension des horaires d’ouverture, ils s’insurgent contre les salaires de misère chez le géant de la distribution.

Près de 1 500 personnes ont manifesté vendredi soir leur solidarité avec les salariés en lutte de la seule grande surface commerciale implantée dans tout le bassin de Decazeville-Aubin. La quasi-totalité du personnel permanent, excepté les cadres, est en grève à 95 % depuis le 19 octobre contre l’extension de l’amplitude horaire journalière et contre l’ouverture les dimanches et jours fériés. Après l’avoir « expérimenté » cet été, la direction a décidé de prolonger d’une demi-heure l’ouverture du magasin, de 20 heures à 20 h 30, sans embauche supplémentaire et sans revalorisation salariale. Elle ne peut même pas invoquer la concurrence d’autres grandes surfaces : les autres magasins de la région ferment leurs portes plus tôt.

Hier matin, les salariés s’étaient donné rendez-vous avec leur syndicat CGT, dès 5 heures devant l’entrée de la grande surface, pour reconduire une nouvelle journée de grève. Ce sont des cadres d’autres Géant Casino qui tentent de faire fonctionner un magasin vide de ses clients, à quelques rares exceptions. Cette extension d’horaires, qui complique encore la vie de nombreux employés et particulièrement des parents avec des enfants en bas âge, est la goutte d’eau qui fait déborder le trop-plein de colère accumulée des années durant pour des salaires au plus bas.

Les salaires net annoncés, pour des semaines de 36 à 39 heures de travail, tournent autour de 1 050 euros, quelle que soit l’ancienneté. Quand le groupe Casino a acheté le magasin à la Ruche méridionale au tout début des années 1990, les primes d’ancienneté et de vacances ont été intégrées dans les salaires. Elles ont été tout aussi rapidement grignotées par la hausse du coût de la vie. De plus, 125 euros sont retirés chaque mois des maigres paies pour cotiser à la mutuelle obligatoire dont le groupe est propriétaire. La direction met en avant une prime d’intéressement local. Inexistante pendant des années, les salariés ont perçu, sous cette appellation, une somme variant entre 50 et 76 euros pour le 1er semestre 2007.

Virginie (six ans d’ancienneté) travaille 36 heures par semaine au rayon de la charcuterie pour un millier d’euros net par mois : « En plus, on y met beaucoup de conscience professionnelle, et pourtant nous sommes considérées comme des moins que rien. Maintenant ça suffit, d’être esclaves… » Au Géant Casino on ne compte plus les temps partiels imposés. Comme pour Nathalie, avec trois enfants à charge et son époux travaillant à Toulouse, embauchée pour 30 heures hebdomadaires : « Avec ces horaires sans cesse variables, on doit être disponible toute la journée pour Casino, mais je ne suis payée que pour 30 heures, de plus comment vais-je faire les soirs où je dois rester une demi-heure de plus au magasin ? » Le secrétaire du syndicat CGT, Samir Saadane, confirmait hier à midi la tenue d’une réunion vers 17 heures avec la direction.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !