Liste des auteurs

Article de Fanny Doumayrou paru dans L’Humanité du 18 octobre 2006

Trois cents intérimaires licenciés à Citroën-Aulnay

mercredi 18 octobre 2006 par Fanny Doumayrou
Automobile . Pour la CGT, c’est un plan social déguisé, la direction pouvant choisir de baisser les cadences au lieu de renvoyer les salariés précaires.

« Il y a un an, Citroën licenciait 500 intérimaires, aujourd’hui ça recommence », lance Thierry Dumez, secrétaire général de la CGT de Seine-Saint-Denis. « Si on se demande comment les pouvoirs publics et les directions d’entreprises ont tiré les leçons des événements de Seine-Saint-Denis dont on reparle en ce moment, on constate que rien n’a changé. » Lundi, devant l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois, à l’heure du changement d’équipe, la CGT organisait un point de presse pour dénoncer le renvoi de 300 intérimaires par la direction, vendredi dernier, alors que leur mission arrivait à son terme.

Cette réduction d’effectifs s’inscrit dans le plan de suppression de 10 000 postes en Europe de l’Ouest d’ici à la fin de l’année, annoncé par le PDG Jean-Martin Folz fin septembre. Sur ce total, 7 700 concernent la France. À Aulnay, la direction a décidé de réduire les effectifs de nuit. Après la fin de mission de 300 « jeunes » vendredi, il ne reste que 450 intérimaires sur le site, qui a connu des pics à 2 200 précaires pour 3 500 ouvriers en CDI. « Le prétexte avancé par la direction pour renvoyer 300 intérimaires est une légère baisse de production, de 1 528 véhicules par jour à 1 380, conteste Philippe Julien, secrétaire de la CGT de l’usine. Mais l’activité de cette usine, conçue pour 1 000 véhicules par jour, reste importante. Il serait possible et nécessaire de garder ces camarades et de répartir le travail, en baissant les charges de travail. C’est ce qui se faisait il y a quinze ans. »

Le cégétiste rappelle aussi que PSA est dans l’illégalité quand il emploie un volet d’intérimaires sur des postes permanents de production, et non pas pour remplacer des absents ou pour faire face à un surcroît d’activité. « L’intérim, le recours à la sous-traitance, le chantage à la délocalisation, tout ça fait partie d’une même politique pour opposer les salariés entre eux, faire baisser la masse salariale et augmenter la productivité », dénonce-t-il. « L’intérim est le problème de tous les salariés, il ne faut pas tomber dans le piège de la division. » La semaine dernière dans l’usine, 250 ouvriers ont participé à des assemblées générales organisées par le syndicat CGT et une centaine ont débrayé, en solidarité avec les intérimaires licenciés. Au niveau départemental, la CGT lance une pétition contre la précarité et interpelle les pouvoirs publics, alors que le MEDEF et gouvernement organisent le 16 novembre en Seine-Saint-Denis un colloque sur l’emploi.

Sortis de l’équipe du matin, quelques intérimaires applaudissent, surtout à l’idée de faire baisser les cadences pour embaucher. « J’ai été embauché en mai et mon contrat dure jusqu’à début novembre, explique l’un d’entre eux, très amer. Ils vont peut-être me prolonger, mais je refuserai. Je veux quelque chose de stable. Ce n’est pas normal que Citroën fasse tourner des intérimaires, ils peuvent embaucher. Il faudrait une loi sur l’intérim. » Il dénonce des conditions de travail très dures, avec un salaire « qui ne suit pas » : 1 070 euros par mois. Un autre, dont le contrat court jusqu’à début décembre, espère être renouvelé pour trois mois. « On est là, on travaille, alors pourquoi ils nous font partir pour en prendre d’autres ? », demande-t-il. « Le plus écoeurant, c’est qu’on nous demande de former les nouveaux qui vont nous remplacer. » Lui aussi décrit la situation des précaires. « Le travail sur la chaîne est déjà très dur pour les CDI, mais les intérimaires ont les postes les plus chargés. En ce moment je place des joints de porte, avant je plaçais le moteur de l’essuie-glace arrière. On répète le même geste au moins 310 fois par jour. À la fin de la journée j’ai mal aux mains, j’ai mal aux muscles, tout ça pour 1 100 euros. Je croyais que Citroën était une bonne boîte, je suis déçu. »

Version imprimable de cet article Version imprimable

Forum de l'article

Aucune réaction pour le moment!
Répondre à cet article
 
Propulsé�par SPIP 1.9.2b | Suivre la vie du site  RSS 2.0 | Navigateur conseille Get Firefox! espace prive | Téléchargez le Squelette du site

CSS Valide !